Travailler plus sans gagner plus : la proposition de l'institut Montaigne pour relancer l'économie française

Sylvain Arnulf , , , ,

Publié le

Document Dans un rapport nommé "Temps de travail : mettre fin aux blocages", l'Institut Montaigne propose d'augmenter la durée annuelle de travail sans compensation salariale pour restaurer la compétitivité de l'économie française.

Travailler plus sans gagner plus : la proposition de l'institut Montaigne pour relancer l'économie française © D.R.

Pour débloquer l'économie française, faut-il toucher aux règles sur le temps de travail ? Oui, répond sans hésitation l'Institut Montaigne, pour qui le temps de travail représente "un enjeu de compétitivité majeur". Son constat est sans appel : "les salariés français à temps plein, qui représentent plus de 80% du salariat français, travaillent moins que leurs voisins, dans des proportions inquiétantes, quelle que soit l’échelle de temps considérée (hebdomadaire, annuelle ou sur la durée totale d’une carrière), et avec de fortes disparités entre privé et public.

L'Institut s'appuie sur les données de Coe-Rexecode, selon lesquelles "la durée effective annuelle de travail des salariés à temps plein est en France la plus faible (avec la Finlande) de tous les pays européens : 1 661 heures en 2013, soit 186 heures de moins que l’Allemagne, 120 heures de moins que l’Italie et 239 heures de moins que le Royaume-Uni".

donner plus de liberté aux chefs d'entreprise

C'est en partie ce qui plombe l'économie française, analyse-t-il. "Si la dégradation de la compétitivité française résulte évidemment d’une conjugaison de facteurs, le faible nombre d’heures travaillées ainsi que la dérive du coût salarial horaire, auxquels s’ajoute une productivité en berne, figurent parmi les facteurs ayant le plus handicapé l’économie française au cours des dix dernières années", juge le think-tank libéral.

Dans son rapport dévoilé cette semaine, l'institut propose d'y remédier en augmentant la durée légale de travail, sans contreparties salariales, et en luttant contre l'absentéisme, avec le retour de journées de carence dans le public. Il envisage également de donner plus de pouvoirs aux chefs d'entreprises en matière de modulation du temps de travail. La loi devrait "permettre qu’une partie des sujets concernant l’organisation du travail soit décidée de façon unilatérale par le chef d’entreprise qui en informerait les partenaires sociaux via la procédure d’information-consultation, par exemple pour la mise en place d’astreintes, les équipes alternantes hors horaires de nuit ou encore la création de CET (compte épargne-temps)".  

Découvrez le diagnostic et les propositions de l'Institut Montaigne dans son rapport :

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

09/10/2014 - 14h39 -

Merci de prendre en compte cette variable : les français travaillent moins mais sont plus productifs.
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte