Transport, logistique et SNCF s’inquiètent du coût de la grève

Partager

Alors que le mouvement de contestation de la réforme des retraites s’essouffle, le secteur des transports commencent à estimer la facture de la pénurie de carburants et de la grève. En tête du mouvement, la fédération nationale des transporteurs routiers (FNTR), qui évalue à 9,21% le nombre d’entreprises qui ont été contraintes d’immobiliser une partie de leur parc de véhicules durant la période de crise au niveau national. Reste que certaines régions ont été plus affectées que d’autres, à l’instar de l’Ile-de-France (24,3%) ou du Limousin (14,3%).

Autre bilan tiré par la FNTR : la hausse de prix d’achat des carburants a touché la plupart des entreprises de transport, soit environ 87,6%. « Pour plus de 95% des entreprises, le coût de revient s’est alourdi en raison des problèmes liés à l’exploitation (détours, trajets rallongés…), aux difficultés d’approvisionnement en carburant et à l’augmentation du prix du gazole »,a expliqué Jean-Christophe Pic, président de la FNTR.

De son côté, la SNCF, touchée par une grève reconductible depuis le 12 octobre, estime que les mouvements sociaux vont affecter ses comptes au quatrième trimestre et la reprise encore fragile de son activité. Une situation qui pourrait contraster par rapport à la croissance de son chiffre d’affaires sur le premier semestre 2010. Le groupe avait en effet annoncé un bénéfice net de 12 millions d’euros sur les six premiers mois de l’année, restant prudent sur le second semestre.

B.L

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS