Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Élisabeth Borne annonce que les transporteurs routiers vont passer à la caisse

Olivier Cognasse , ,

Publié le

A l’occasion d’une longue rencontre avec la nouvelle Association des journalistes des transports et des mobilités (AJTM), la ministre des Transports Elisabeth Borne confirme qu’une vignette sera imposée aux transporteurs routiers et que la précipitation perçue sur la réforme de la SNCF est due au manque d’action du précédent gouvernement.

Élisabeth Borne annonce que les transporteurs routiers vont passer à la caisse
Élisabeth Borne, ministre des Transports
© Pascal Guittet

Pour financer la modernisation des infrastructures ferroviaires et routières et répondre aux défis de la future loi d’orientation de la mobilité (LOM), il faut trouver de nouvelles recettes. Et l’abandon de l’écotaxe par le précédent gouvernement par manque de courage politique a créé un manque à gagner significatif qui n’a pas été comblé par quelques centimes de plus sur la TICPE (taxe intérieure consommation sur les produits énergétiques).

Et pas question de l’augmenter pour trouver les recettes nécessaires. "On ne peut pas jouer là-dessus, car les taux sont beaucoup plus bas chez nos voisins espagnols, luxembourgeois ou belges. Et les camions en transit feront le plein avant de passer la frontière, explique Elisabeth Borne, la ministre des Transports devant Association des journalistes des transports et des mobilités (AJTM). Pas de redevance kilométrique qui ne tiendrait pas compte des dessertes locales, sujet de crispation à l‘époque de l’écotaxe." Il est aussi important de tenir compte de la situation géographique de certaines régions. La solution : "une vignette temporelle, au jour, à la semaine, au mois, à l’année", précise t-elle.

Des dividendes de SNCF Mobilités iront à SNCF Réseau

Cette vignette sera intégrée dans la LOM dont "le texte sera présenté en Conseil des ministres dans quelques semaines". Et les discussions devraient commencer au Parlement à l’automne prochain. Une LOM qui devra intégrer l’accélération de "la modernisation des réseaux et les adapter au XXIe siècle, comme la route intelligente, si on ne veut pas que la France soit à la ramasse sur le véhicule autonome."

Et l’explication est toute trouvée pour comprendre le report de la LOM, après la réforme de la SNCF : l’arrivée de l’ouverture à la concurrence. "Nous aurions été plus confortables si le précédent gouvernement avait préparé l’arrivée de la concurrence et qu’il avait mené des expérimentations, regrette la Ministre. Nous sommes pris par le calendrier." Et elle assure le SAV de la réforme en réaffirmant que "la SNCF sera un groupe unifié capable de financer ses investissements sans s‘endetter pour respecter la règle d’Or. Il y aura une solidarité financière. Des dividendes de SNCF Mobilités iront à SNCF Réseau."

Remettre en état les voies de service

Sur les petites lignes, la ministre réaffirme que la faible fréquentation n'est pas une fatalité. En augmentant la fréquence et profitant de la multimodalité avec des modes de transports qui rabattent les voyageurs vers les gares. Tout le contraire de la politique menée par la direction actuelle atteinte de malthusianisme depuis plusieurs années.

Elisabeth Borne a indiqué que le plan de relance de Fret SNCF et du fret ferroviaire qui devait être annoncé ces derniers jours était différé de quelques jours en raison de l’actualité ferroviaire… Mais les grandes lignes sont connues. Une recapitalisation de Fret SNCF et sa filialisation, une hausse des péages limitée à l’inflation, une amélioration de la gestion des sillons, en réduisant notamment les délais et des nœuds ferroviaires, et la remise en état des voies de services qui sont dans un état catastrophique. Or il ne s’agit que d’un investissement de quelques dizaines de millions d’euros pendant trois ou quatre ans. Pourquoi avoir tant attendu !

Réagir à cet article

3 commentaires

Nom profil

29/05/2018 - 17h31 -

Et les pv pourraient servir à réparer les routes plutôt que taxé encore les routiers ça suffit avec tout les étrangers (polonais) qui ont pris leurs boulot, c'est. Toujours les mêmes qui trinquent. Les salaires des routiers sont de plus en plus bas et de plus en plus dursplutôt que de supprimer lestaxes riches, ont s'en prend toujours au même. President des riches
Répondre au commentaire
Nom profil

29/05/2018 - 20h39 -

Justement, c'est pour que tous les camions paient, pas que les français.
Répondre au commentaire
Nom profil

29/05/2018 - 13h59 -

Ce qu elle nois faire croire c est que nous n allons pas payer elle se fout de notre gueule car des lors que les transports paient plus nous aussi on a beau être des vieux que l on pillent mais on a encore des idées
Répondre au commentaire
Nom profil

29/05/2018 - 13h15 -

Je suis entièrement d'accord et madame segolene royale le voulais déjà elle a raison pollution et abîme les routes cordialement
Répondre au commentaire
Nom profil

30/05/2018 - 00h13 -

Ah a quand les camions a pédales ou a voile ,encore un ignorant ,si pas de camions pas de bouffe ,de carburant,de fringues bref rien... Et voyager sur le train avec ce qui ce passe a la SNCF je rigole!!
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus