Transport : Anf industrie veut échapper à la crise du ferroviaire

ANF Industrie fait face à la chute des commandes de la SNCF. En devenant constructeur européen de bogies et en développant des véhicules légers.

Partager

Aucun TGV à construire après 1998! La chute des commandes publiques touche de plein fouet ANF Industrie. Le constructeur ferroviaire de Crespin, près de Valenciennes, y fait face grâce à son intégration dans le groupe Bombardier Eurorail (filiale du canadien Bombardier) et à son implantation sur des niches inédites dans les transports urbain et régional. L'entreprise, qui réalise un chiffre d'affaires de l'ordre de 1 milliard de francs, va investir en l'espace d'une année 100millions dans une ligne semi-automatisée pour la production en flux tendu de bogies. Opérationnelle à la mi-1996, elle aura une capacité de production annuelle de l'ordre de 800bogies, soit un peu plus de 10% des bogies produits en Europe. L'investissement entre dans la stratégie de Bombardier, l'actionnaire, qui désire élever sa filiale Eurorail au niveau des principaux constructeurs ferroviaires européens: GEC-Alsthom Transport, Siemens ou ABB. Il veut pour cela tirer le meilleur parti de chacun de ses cinq établissements européens. Dans cette nouvelle configuration, ANF Industrie a vocation à devenir le fournisseur exclusif de bogies du groupe Bombardier Eurorail. L'industriel du Nord est de longue date caractérisé comme un constructeur de bogies, lesquels représentent bon an mal an 20 à 30% de son chiffre d'affaires; il en produit jusqu'à 500 par an par les moyens classiques de la mécanosoudure: découpe de l'acier, soudage et usinage. Or la modernisation de sa chaîne de production ne suffira pas à préserver le niveau d'activité très élevé de ces dernières années.

"La construction de trains de longue distance constituait jusqu'à maintenant 30% de notre activité", confie le directeur général, Bernard Dolphin. Les ANF (Ateliers du nord de la France) viennent de connaître des heures de gloire avec la construction des navettes transmanche du Shuttle; 108voitures sont sorties en 1989-1993 des ANF. En même temps, l'entreprise a produit neuf rames du nouveau matériel sur fer de la RATP, le MF88. "Dans cette période, nous avons effectué jusqu'à 2500000heures de travail par an, note Bernard Dolphin. Nous en sommes cette année à 700000!" L'effectif, de 2000personnes en 1993, dont 400emplois temporaires, est retombé à 1250, avec un sous-emploi que le directeur général évalue à 20 ou 25%. Les voitures en cours d'assemblage ont du mal à remplir les immenses halls de Crespin, qu'il s'agisse des remorques du futur TGV Duplex ou des voitures MI2N destinées au réseau ferré de banlieue Eole et à la ligne D du RER parisien. "Nous nous réorientons vers les transports régionaux, qui bénéficient d'un financement par les collectivités régionales, et vers les transports urbains pour des villes trop petites pour s'offrir un vrai métro." Pour réussir sa diversification, l'industriel de Crespin compte surtout sur les transferts de technologie en provenance du groupe Bombardier et sur son savoir-faire... en aéronautique. "Le groupe nous apporte par exemple sa maîtrise des matériaux composites et des métaux légers", souligne Bertrand Suchet, responsable des études d'ingénierie. ANF Industrie pourrait livrer dès 1997 un autorail de petite capacité (90 places assises)... et à petit prix: 6millions de francs. Cet autorail concurrence le XTER de GEC-Alsthom, qui offrira 150 à 200places pour un prix supérieur à 20 millions de francs. "Dans les villes, nous pensons qu'il y a place aussi pour des matériels légers, tramways ou métros", souligne Bernard Dolphin. Mis en concurrence avec l'alsacien Lohr pour équiper la ville de Caen, ANF Industrie s'est associé à Spie- Batignolles et a remporté le marché en 1994 grâce à un prototype de tramway sur pneus conçu et testé par Eurorail en Belgique. André Larané



Les cinq établissements de bombardier eurorail

Le holding Bombardier Eurorail, dont le siège est à Bruxelles, fédère depuis 1991 les cinq établissements européens de Bombardier (Montréal). Au total, 5250personnes et un chiffre d'affaires de 4milliards de francs par an. Les établissements tendent à se spécialiser par lignes de produits:

BN, à Bruges et à Manage (1580salariés), s'attribue la fabrication de tramways, de voitures voyageurs ainsi que des automotrices un niveau. Elle est à l'origine du tramway sur pneus qui équipera Caen, le GLT.

BWS (320 salariés) fabrique des tramways à Vienne.

Talbot emploie 1250personnes à Aix-la-Chapelle et se spécialise dans les wagons de fret et les automotrices.

Le britannique Prorail (480salariés), près de Wakefield, effectue surtout de la rénovation.

ANF Industrie fabrique les bogies et développe de nouveaux matériels légers urbains et régionaux.

USINE NOUVELLE N°2517

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS