L'Usine Energie

Transition énergétique : les industriels des énergies renouvelables saluent des "objectifs ambitieux"

Manuel Moragues , , , ,

Publié le

Le Syndicat des énergies renouvelables et France Energie Eolienne saluent les "objectifs ambitieux" fixés dans le projet de loi présenté par Ségolène Royal à propos des énergies renouvelables.

Transition énergétique : les industriels des énergies renouvelables saluent des objectifs ambitieux © Tochis - Flickr - C.C.

Les premières réactions des industriels français face au projet de loi sur la transition énergétique présenté, par la ministre de l’Ecologie, Ségolène Royal, ce mercredi 18 juin, sont favorables. "Nous saluons un projet de loi qui donne de nouvelles perspectives pour nos filières", a ainsi déclaré Jean-Louis Bal, le président du Syndicat des énergies renouvelables (SER) dans un communiqué. "En fixant à près du tiers de la consommation finale d’énergie la part d’énergie renouvelable à l’horizon 2030, le gouvernement réaffirme la volonté de diversifier le bouquet énergétique dans chaque secteur (électricité, chaleur et carburant)", se félicite le SER.

Chez France énergie éolienne (FEE), les félicitations sont aussi de mise. Frédéric Lanoë, le président de FEE, pointe le "rappel de la baisse de la part du nucléaire dans le mix, qui est une condition au développement des énergies renouvelables". Et apprécie que le projet de loi "fixe un objectif ambitieux de 40% d’électricité d’origine renouvelable en 2030". La traduction de cet objectif global pour chaque type d’énergie qui devrait être faite par la première programmation pluriannuelle de l’énergie est cependant attendue avec impatience par Frédéric Lanoë : "On n’installe pas des énergies renouvelables mais de l’éolien, du solaire, etc..."

Prudence sur la révision des tarifs d’achat

Concernant l’éolien offshore, le dirigeant apprécie particulièrement la limitation des délais de recours et leur passage directement au conseil d’Etat, ainsi que le régime d’autorisation prévu pour l’atterrage des câbles raccordant les fermes offshore au réseau terrestre. Un point qui "était le talon d’Achille des projets d’éolien en mer".

Les deux syndicats professionnels restent plus prudents sur la révision des mécanismes de soutien aux énergies renouvelables initiée par le projet de loi. Les détails de la transition du dispositif des tarifs de rachat vers un mécanisme de marché avec un complément de rémunération restent à fixer, par voie règlementaire, mais FEE "exprime sa vigilance" quant à cette évolution. Le SER rappelle qu’une "politique de soutien au marché lisible et stable" sera notamment nécessaire pour atteindre les objectifs fixés.

Manuel Moragues

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

20/06/2014 - 23h21 -

L'éolien et le solaire sont responsables d'un supplément de 12% sur notre facture d'électricité, à cause des subventions qu'il reçoivent via les tarifs de rachat à prix garanti. Et pour quel résultat ? Aucun, notre mix énergétique étant déjà exempt de CO2, grâce à l'hydraulique et au nucléaire. Il est donc urgent d'arrêter de subventionner ces énergies, et les laisser se confronter au marché. Les propos des responsables de France Énergie Éolienne sont proprement scandaleux quand ils réclament la réduction du nucléaire et le maintien des tarifs de rachat : ces deux actions contribueraient à renchérir encore nos factures EDF, sans rien apporter, sinon des paysages gâchés par la vue des champs d'éoliennes avec le bruit épouvantable qu'elles font. La transition énergétique menée dans ces conditions est un non-sens, et une pompe à fric pour les professionnels des énergies dites renouvelables (souvent des pétroliers) qui se gavent sur le dos des consommateurs obligés de payer pour les subventions que ces professionnels reçoivent.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte