Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Transition énergétique : le thème explosif de la conférence environnementale

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Sur les cinq tables rondes qui composent la conférence environnementale des 14 et 15 septembre 2012, celle sur la transition énergétique promet d'être la plus discutée. Deux sujets sur le feu : le nucléaire et les gaz de schiste. Elle devrait aussi réunir le plus de participants et sans doute le plus de "têtes d’affiche".

Transition énergétique : le thème explosif de la conférence environnementale © Mista Sparkle - Flickr - C.C.

Sommaire du dossier

Les entreprises citées

Cette table ronde sur la transition énergétique réunira environ 90 personnes pour aborder trois thématiques : la mobilité, le bâtiment et le mix énergétique. Et pas de doute, c'est ce dernier point qui va mobiliser une bonne partie du temps de paroles.

Le nucléaire y sera abordé avec l’exigence des ONG d’établir une feuille de route précise pour l’arrêt de la centrale de Fessenheim (Haut-Rhin). Durant la campagne électorale, le président de la République, François Hollande, avait promis un arrêt des deux réacteurs d’ici 2017.

Les associations écologistes devraient obtenir gain de cause sur ce point. Mais certaines vont plus loin. Greenpeace exige d’arrêter les travaux menés par EDF sur cette installation industrielle. L’ONG affirme qu’"il serait inacceptable que l'Etat autorise d’investir des millions d'euros dans une centrale qu'il s'est engagé à fermer".

Autre sujet chaud : les gaz de schiste. Les associations écologistes entendent bien confirmer l’interdiction de l’exploration et l’exploitation des gaz de schiste en France, actée par la loi du 13 juillet 2011. Ils sont soutenus en ce sens par la ministre de l’Ecologie Delphine Batho.

Le Figaro, daté du mercredi 12 septembre, affirmait que le gouvernement s’apprêtait à entrouvrir la porte sur ce dossier. Réaction immédiate de la ministre : "Ce sont des spéculations imaginaires qui sont sans fondement".

Pourtant, le ministre du Redressement production, Arnaud Montebourg, avait mis le feu aux poudres, il y a quelques semaines, en déclarant que le débat n’était pas tranché. Le Premier ministre, lui-même, évoquait la possibilité de regarder des technologies alternatives à la fracturation.

Les industriels de l’énergie et les gros consommateurs regrettent de ne pas avoir été conviés à ces débats. Un grand du CAC 40 déplore : "Si on ne nous a pas invité, c’est que l’on ne veut pas entendre ce que l’on à dire…". Un autre réplique : "Trois représentants de l’industrie face à 80 écologistes, la messe est dite !".

En effet, lors de la conférence environnementale, seules les organisations professionnelles ont été invitées. Mais pour compenser ce déséquilibre, le Medef a aligné des personnalités influentes du monde de l’industrie et de l’énergie : Laurence Parisot, sa présidente, Jean-Louis Schilansky, le directeur de l’UFIP (Union Française des industries pétrolières) et Jean-Pierre Clamadieu, le PDG de Solvay.

Le gouvernement, a quant à lui, mis deux poids-lourds dans la balance : Delphine Batho et Arnaud Montebourg participeront aux débats.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle