L'Usine Energie

Transition énergétique : le débat a failli commencer

Ludovic Dupin , ,

Publié le

Le groupe de travail sur le mix énergétique n’est pas parvenu à se mettre d’accord sur une recommandation dans la cadre du débat. Le problème est la place du nucléaire… Mais la ministre de l’Energie rappelle que la position du Président de la République ne peut être revue.

Transition énergétique : le débat a failli commencer © Fotolia

Ce 23 mai, le groupe de travail sur le mix énergétique rendait son rapport dans le cadre du débat national sur la transition énergétique. Dans ce groupe de travail, les organisations environnementales et les industriels ne sont pas parvenus à un consensus dans leur rapport final. Loin de là ! Après 6 mois de travail et à 2 mois de la remise des recommandations au gouvernement, nous sommes à un moment charnière.

Le rapport propose quatre scénarios où chacun trouve son compte. D’un côté, le scénario "sobriété" sort du nucléaire et part sur de massives économies d’énergie. De l’autre, le scénario "décarbonné" laisse une large part au nucléaire. Les deux autres scénarios proposent des situations intermédiaires. Ce rapport final est loin d’avoir satisfait l’auditoire. Si Laurence Tubiana, facilitatrice du débat, rapporte qu’on est bien là au cœur du sujet. Bruno rebelle, membre du comité de pilotage, twitte de son côté : "Le fait même d'accepter une étude sur la faisabilité du nucléaire à 50% peut-il être considéré comme un progrès dans notre pays ?"…  et de la salle de débattre avec vigueur. Nous y sommes enfin : "quelle place veut-on donner au nucléaire dans notre pays ?"

Le débat a bien failli commencer réellement ce 23 mai… jusqu’à ce que la ministre de l’Ecologie, du Développement Durable et de l’Energie, Delphine Batho, siffle la fin de la récréation. La grande organisatrice du débat commence par rappeler que l'engagement du Président de la République pour atteindre 50% de nucléaire en 2025 sera tenu. Elle exclut d’entrée tous les scénarios donnant la priorité au nucléaire. Puis elle ajoute : "Je vous invite à trouver des compromis. S’il n'y a pas de compromis, il faudra que le gouvernement prenne des décisions avec le Parlement".

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

25/05/2013 - 16h10 -

Ecolos ou pas, il faudra bien trouver des sources d’énergie régulières et fiable pour un pays qui veut se réindustrialiser, avec une natalité saine. Passer au nucléaire surrégénération : réserves très importantes.
Et pourquoi pas un scénario désécolotisé ?
Sur ce point-là, en tous cas, ne pas suivre l’Allemagne dénucléarisée, démilitarisée, dénatalisée.
Moi Président est encore en train de jouer avec le feu.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte