Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

TRAITEMENT DE SURFACEChemetall Plating Technologies se déploieReprise par Quadriga Capital et le management, la division traitements électrolytiques de Chemetall, rebaptisée Coventya, multiplie les projets.

Publié le

TRAITEMENT DE SURFACE

Chemetall Plating Technologies se déploie

Reprise par Quadriga Capital et le management, la division traitements électrolytiques de Chemetall, rebaptisée Coventya, multiplie les projets.



Chemetall Plating Technologies est mort, vive Coventya ! Les dirigeants de l'ex-division chimie de spécialités pour la galvanoplastie de l'allemand Chemetall (MG Technologies), indépendante depuis octobre 2000, ont dévoilé sa nouvelle identité en même temps que leurs ambitions. L'objectif de la société, dont le siège est à Clichy, est clair : au minimum doubler de taille - sinon tripler - dans les cinq ans qui viennent. Un objectif largement inspiré par le nouvel actionnaire majoritaire, Quadriga Capital, un gestionnaire de fonds britannique spécialisé dans les opérations de " management buy out " (MBO). Sur un marché mondial en croissance de 5 à 6 % par an, évalué à 2 milliards d'euros, Coventya va devoir mettre les bouchées doubles pour rejoindre au " top 5 " mondial les poids lourds que sont l'allemand Atotech (Atofina), l'anglais Enthone et les américains McDermid et Shipley, presque tous filiales de grands groupes chimistes. Avec un chiffre d'affaires 1999-2000 de 44 millions d'euros, la société occupe, à l'heure actuelle, le dixième rang mondial des fabricants d'additifs pour le traitement électrolytique. Des produits à forte valeur ajoutée, qu'elle livre aussi bien aux ateliers indépendants qu'intégrés, comme ceux de Renault par exemple. " La reprise par Quadriga est une bonne chose pour nous. Il était impossible pour Dynamit Nobel, la maison mère de Chemetall, de développer des dizaines d'activités ", estime dans un français parfait le président Thomas Costa, un Allemand. Le traitement chimique des surfaces métalliques figurait parmi les priorités de la firme allemande. Tandis que le nouvel actionnaire de Coventya dispose de moyens d'investissements considérables pour les acquisitions envisagées par ses protégés.

Développer l'international

Des dossiers de croissance externe sont déjà à l'étude, notamment au Brésil. Bien implantée en Europe, Coventya doit asseoir ses activités à l'international. D'autant plus qu'elle n'a hérité que de deux usines, l'une en Italie et l'autre en Allemagne. Le reste de la production - 30 % du chiffre d'affaires - est fabriqué sous licence par Chemetall. L'entreprise mise aussi sur la puissance financière de Quadriga pour renforcer sa capacité d'innovation. En parallèle aux enjeux liés à l'évolution des contraintes environnementales (remplacement du nic- kel en bijouterie, suppression du chrome hexavalent...), qui mobilisent toutes les entreprises du secteur, Coventya entend élargir sa gamme. Très active dans la préparation de surface, la protection contre la corrosion et la décoration, elle est absente du segment de marché des circuits imprimés.



Une opération originale pour Quadriga Capital

Une société internationale avec un siège en France : sur la forme, Coventya est une première pour Quadriga Capital. L'investisseur, dont le siège opérationnel est implanté à Francfort, s'était jusqu'à présent focalisé sur des sociétés allemandes ou suisses. Il dispose de fonds de 700 millions de deutsche Mark, levés auprès d'organismes financiers comme UBS Capital, Natexis ou City Bank. Ses cibles : des sociétés familiales ou filiales de grands groupes, de taille moyenne, bien positionnées sur un marché stable ou en croissance et réalisant une marge bénéficiaire supérieure à 5 %.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle