Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Trains Intercités : un rapport parlementaire liste les points noirs du réseau

, , ,

Publié le

D'après le rapport du député Philippe Duron, la SNCF devrait supprimer plusieurs dessertes du réseau des Trains d’équilibre du territoire (TET, ex-Intercités) et la plupart des trains de nuit, des lignes jugées trop coûteuses. Commandé par le ministère des Transports, ce rapport qui sera officiellement remis ce mardi 26 mai est attendu avec anxiété par les élus locaux.

Trains Intercités : un rapport parlementaire liste les points noirs du réseau © AMarques432 - Flickr - C.C.

Si elle suit les recommandations du rapport Duron, la SNCF pourrait supprimer plusieurs dessertes du réseau des Trains d’équilibre du territoire (TET, ex-Intercités) et la plupart des trains de nuit. Plusieurs journaux ont en effet pu accéder aux premiers éléments de ce document, commandé par le ministère des Transports et qui sera officiellement remis ce mardi 26 mai.

Trains de nuit : "le modèle économique n'est plus viable"

Le rapport "dresse un constat sévère de l'état du réseau Intercités +une qualité de l'offre continuellement dégradée... des temps de parcours sensiblement augmentés, une régularité qui a régressé", écrit par exemple Le Parisien/Aujourd'hui-en-France. En conséquence, "il préconise d'abandonner plusieurs trains de nuit et des dessertes trop coûteuses", ajoute le quotidien.

Concernant les trains de nuit, le rapporteur souligne que "le modèle économique n'est plus viable" et acte notamment la suprématie du car. La loi Macron vient justement de libéraliser l'activité des autocars en France, ce qui pourrait être une piste pour le remplacement de certaines lignes pour la SNCF.

Suppressions et réduction de trafic sur certaines lignes

Le journal évoque également certaines lignes "condamnées", comme Hirson (Aisne)-Metz et "d'autres tronçons peu fréquentés, (...) comme par exemple les trajets entre Nantes et Quimper." Concernant les réductions de trafic, le nombre d'allers-retours sur certaines lignes pourrait être fortement réduit, la ligne Paris - Troyes - Belfort pourrait ainsi être divisé par deux, passant de 13 à 7 par jour. Idem sur la ligne Paris - Rouen - Le Havre, avec des allers-retours passeraient de 23 à 11.

Les trains Intercités ou Trains d'équilibre du territoire (TET), selon l'appellation officielle (c'est-à-dire les ex-Corail et Téoz) circulent de jour comme de nuit. Actuellement, 325 TET desservent quotidiennement plus de 300 destinations en France sur plus de 40 lignes, selon la SNCF.

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/05/2015 - 10h42 -

Mais c’est la conséquence de la réduction du temps de travail !
Comment ne pas comprendre qu’en faisant passer de 40 à 35 heures les milliers d’employés que comptent la Sncf, celle-ci pourrait, sans créer plus d’emplois, maintenir la qualité de son service qui est en concurrence avec le car, l’avion et le véhicule particulier.
Véhicule qu’on essaye entre autre de réduire en multipliant les contraintes comme la réduction des zones de dépassement, les contrôles radars, le prix des autoroutes, le coût du stationnement, le coût des PV , le prix du carburant, la réduction de vitesse, etc.. Alors que tout le monde sait bien que les accidents concernent essentiellement l’absence d’ aménagements routiers (enquêtes REAGIR 1992) les jeunes, l’alcool, la nuit.
Comment ne pas voir dans ce schéma la main des politiques qui sans pouvoir nous convaincre veulent nous vendre le transport collectif parce qu’ils sont incapables d’organiser la circulation dans les villes ?
Comment ne pas voir que le malaise actuel des employés dans les entreprises (burn -out) n’est pas lié au surcroit de travail puisque effectué dans un temps plus court ?
Il faudrait faire méditer à nos politiciens ces dit-on « Le mieux est l’ennemi du bien » ou « Qui trop embrasse mal étreint ! »
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus