Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Matières premières

Traçabilité de l'or: identifier le minerai ne suffit pas

Myrtille Delamarche , , ,

Publié le

A la demande du WWF, le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM) a établi une « carte d’identité » des gisements aurifères légalement exploités en Guyane. Ces derniers ne produisent qu’une à deux tonnes sur les dix tonnes annuelles d’or guyanais.

Les entreprises citées

En partenariat avec Industrie Explorer


Ce grain d'or a des impuretés en forme de "chou-fleur" prouvant qu'il a été amalgamé au mercure.

Grâce aux impuretés contenues dans les grains d’or, on peut désormais relier un concentré aurifère à son terroir d’origine, pour peu que celui-ci ait été répertorié dans une base de données. « Ce qui suppose que les orpailleurs jouent le jeu, donc qu’ils y soient incités, par exemple à travers un prix de vente plus élevé », tempère Laurent Bailly, ingénieur et coauteur de l’étude du BRGM. Dans le cas contraire, la provenance inconnue de l’or ouvre des soupçons d’orpaillage illégal. D’autant plus si sa structure (en « chou-fleur ») révèle qu’il a été amalgamé au mercure.

Marqueurs chimiques

Avec une technique similaire, mais avec un seuil de détection plus bas, d’autres équipes ont facilité la traçabilité du coltan, le minerai dont est extrait le titane, si précieux à l’industrie des nouvelles technologies : sa consommation mondiale a augmenté de 36% entre?2014 et?2015. Des techniques différentes permettent d’identifier un signal indiquant la provenance des émeraudes ou des rubis. Mais, aussi remarquables que soient ces avancées, elles ne suffisent pas à empêcher le commerce des minerais de sang. Dans certains cas, comme le tantale, dont plus de la moitié provient d’Afrique centrale, les filières légales sont tout bonnement insuffisantes. Dans d’autres, et c’est le problème de l’or, parce que les marqueurs géographiques disparaissent très rapidement, « dès le mélange de minerais ou la première fonte », reconnaît Laurent Bailly.

L’ingénieur préconise, pour une traçabilité réelle, d’étudier des solutions de marquage, tel l’ajout de marqueurs chimiques à la fonte. « Comme un grand fabricant d’encres qui y mêle des terres rares permettant d’authentifier la signature, on peut imaginer une combinaison de marqueurs chimiques propre à chaque fondeur », affirme Laurent Bailly. À ceci près que l’impact environnemental des terres rares chinoises est loin d’être nul…

Myrtille Delamarche

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

1000 INDICES DE REFERENCE

  • Vous avez besoin de mener une veille sur l'évolution des cours des matières, la conjoncture et les coûts des facteurs de production
  • Vous êtes acheteur ou vendeur de produits indexés sur les prix des matières premières
  • Vous êtes émetteur de déchets valorisables

Suivez en temps réel nos 1000 indices - coût des facteurs de production, prix des métaux, des plastiques, des matières recyclées... - et paramétrez vos alertes personnalisées sur Indices&Cotations.

 

LES DOSSIERS MATIERES

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle