Toyota veut doubler General Motors. Coca se met au parfum. Les pertes record de NTT. AT&T se relance en Europe. Xerox révise ses comptes. Contrôle fiscal : la France en pointe...

Partager

Toyota veut se faire plus gros que General Motors. Le n°1 japonais de l'automobile, qui détient aujourd'hui 10% du marché mondial, veut atteindre 15% en 2010. Ce qui le placerait devant General Motors. Pour réaliser ce qui n'est encore qu'un rêve, Toyota mise sur l'Europe et les pays en voie de développement, expliquent Les Echos. Une acquisition - mot jusqu'ici tabou, n'est pas impossible.

Coca-Cola prépare le lancement d'une boisson aromatisée à la vanille, révèle le Financial Times. Les ventes de Coca stagnent aux Etats-Unis, et progressent moins vite ailleurs. Pour faire face au changement du goût des consommateurs, Coca-Cola cherche donc à se renouveler. Mais il avance prudemment, afin d'éviter de réitérer les erreurs du passé : en 1985, le lancement du " New Coke " avait été l'un des échecs les plus retentissants de l'industrie américaine, rappelle le FT.

Electroménager : le chinois Haier ignore la crise. L'entreprise d'état a doublé ses ventes en 2001 (1,57 milliard d'euros), et son bénéfice a progressé de 46%, annoncent Les Echos. Ses exportations sont en hausse de 50%. Haier est classé n°2 mondial des réfrigérateurs, et n°3 des machines à laver. Le groupe chinois est très présent aux Etats-Unis. En Europe, l'Italie est sa tête de pont (avec la reprise d'une usine de produits bruns).

Télécoms : NTT va faire mieux que Nissan... juste après sa reprise par Renault. Traduction : l'opérateur de télécoms japonais va annoncer près de 9 milliards d'euros de pertes, affichant ainsi la plus lourde perte de l'histoire du Japon, et battant le précédent record détenu jusqu'ici par Nissan. Comme ses confrères du mondes télécoms, NTT paye le prix d'acquisitions réalisées à l'apogée de la bulle des télécoms et le l'Internet, indiquent Les Echos.

AT&T repart à l'offensive en Europe, notamment sur le marché de services aux entreprises. Au niveau mondial, l'opérateur américain prévoit d'investir 500 millions de dollars en 2002, pour développer sa plateforme de gestion de réseau et ses infrastructures. Mais 75% de cet investissement seront affectés à la zone " Europe-Moyen-Orient-Afrique ", précise La Tribune.

La boucle locale radio ne tient pas ses promesses. Deux ans après son lancement, la technologie d'accès au réseau, qui devait permettre de couvrir les régions les plus reculées de France, affiche un bilan décevant : aucun opérateur n'a tenu les engagements qui figurent dans sa licence, soulignent Les Echos. Nombre d'opérateurs ont rendu des licences régionales, et plusieurs se sont avérés fragiles financièrement. L'ART a même engagé des procédures de sanctions contre trois d'entre eux (Landtel, Broadnet et XTS).

La SEC, le gendarme de la Bourse américaine, a contraint Xerox à changer ses méthodes comptables. Cela concerne plus de 2 milliards de dollars de chiffre d'affaires, réalisés depuis 1997, précise le Financial Times, qui souligne qu'il s'agit d'un des accords les plus significatifs obtenus par la SEC après la faillite d'Enron, et la suspicion générale qu'elle a entraînée sur les comptes des grandes entreprises américaines.

Terminons par une pointe de fierté : le contrôle fiscal français reste l'un des plus efficaces d'Europe. Le nombre de contrôleur fiscaux est plus faible en France que dans d'autres pays comparables, mais le rendement financier des contrôles est meilleur. Ce sont les résultats d'une étude commandée par la direction générale des impôts. Et c'est dans La Tribune.

A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS