Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

Toyota veut chasser les terres rares (et chères) de ses moteurs électriques

Aurélie M'Bida , , ,

Publié le

Le constructeur japonais a dévoilé un aimant pour moteur constitué de beaucoup moins de métal rare. Il propose de remplacer le néodyme par d'autres matières moins chères et plus durables.

Toyota veut chasser les terres rares (et chères) de ses moteurs électriques
Moteur de Toyota Auris Hybride (photo d'illustration)
© Elodie Vallerey - L'Usine Nouvelle

L'un des premiers sur l'hybride, désormais pleinement investi dans la course à l'électrique, Toyota cherche à se démarquer de la concurrence. Le constructeur automobile a annoncé mardi 20 février avoir développé "une technologie inédite", qui permettrait aux moteurs de ses futures voitures électriques d'être moins gourmands en métaux issus de terres rares. Le japonais a ainsi modifié le moteur à aimant permanent de ces véhicules pour qu'il utilise jusqu'à deux fois moins de néodyme, dans le but d'éviter les ruptures d'approvisionnement en terres rares originaires de Chine – notamment le jour où les producteurs chinois seront tenus de renforcer les normes environnementales, rapporte le quotidien japonais spécialisé Nikkei. Alors que les prévisions de Toyota anticipent une pénurie de néodyme en 2025.

Toyota assure avoir développé "le premier aimant à teneur réduite en néodyme, résistant à la chaleur". Les terres rares représentent près de 30 % des éléments des aimants utilisés pour les véhicules électriques et hybrides. La majeure partie desquelles est le néodyme. Une matière première qui aide les aimants à résister aux températures élevées générées par la conduite. Toyota a donc créé une nouvelle technologie qui remplace le néodyme par du cérium et du lanthane, métaux moins rares et relativement bon marché, mais qui ne diminue pas les performances des véhicules, assure-t-il. Partis avec l'eau du bain, le dysprosium et le terbium, deux éléments issus des terres rares particulièrement peu abondantes, ne feront pas partie du nouvel aimant.

5,5 millions d'hybrides et d'électriques pour 2030

Le constructeur automobile explore les technologies nécessaires pour produire en masse l'aimant, et cherche à entamer des discussions avec les fabricants d'aimants pour vendre ces pièces. Son objectif est de commercialiser les composants pour les moteurs à direction assistée au cours de la première moitié des années 2020 et pour les véhicules électriques d'ici dix ans, explique le journal économique.

La commercialisation d'aimants durables et abordables est essentielle à la stratégie de vente globale de Toyota. Le constructeur japonais vise les ventes de plus de 5,5 millions de véhicules utilisant des moteurs électriques d'ici à 2030 – soit la moitié des quelque 11 millions d'objectif total, avait déclaré le vice-président exécutif Shigeki Terashi en décembre dernier lors de la présentation de sa stratégie en matière d'automobiles "respectueuses de l'environnement", rappelle Le Nikkei. Les hybrides doivent représenter 4,5 millions de ces véhicules, tandis que les véhicules à pile à combustible entièrement électriques et à hydrogène doivent constituer le million restant.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle