[L'image du jour] Toyota teste une Prius alimentée par le soleil

Toyota Motor teste un véhicule alimenté à l'énergie solaire dans le cadre d'un projet financé par le gouvernement japonais qui s'appuie sur les nouveaux panneaux photovoltaïques ultra fins développés pour les satellites.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

[L'image du jour] Toyota teste une Prius alimentée par le soleil
Toyota Motor teste un véhicule alimenté à l'énergie solaire dans le cadre d'un projet financé par le gouvernement japonais qui s'appuie sur les nouveaux panneaux photovoltaïques ultra fins développés pour les satellites.

Le constructeur automobile japonais espère sortir un jour une Prius qui n'aura besoin d'aucun système de recharge filaire. Il expérimente donc un modèle alimenté par des panneaux photovoltaïques ultra-fins.

Sur le modèle en test, les ingénieurs de Toyota ont installé des panneaux solaires conçus par Sharp sur le capot, le toit, la fenêtre arrière et l'aileron d'une Prius. L'énergie obtenue est directement transférée vers des batteries installées dans le coffre, permettant à la Prius d'être rechargée en permanence, aussi bien lorsqu'elle roule que lorsqu'elle est à l'arrêt.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Par temps de grand ensoleillement, la Prius peut effectuer jusqu'à 56 km, soit bien plus que les 47 km parcourus en moyenne par jour par les automobilistes américains, selon une étude de l'AAA Foundation for Traffic Safety, une ONG spécialisée dans la sécurité routière.

L'autonomie chute cependant rapidement par temps nuageux ou trop chaud. Utilisée dans ces conditions, une recharge filaire de la Prius serait donc nécessaire.

0,03 millimètre d'épaisseur

Les cellules solaires, d'une épaisseur d'à peine 0,03 millimètre, sont en principe suffisamment malléables pour s'adapter à la carrosserie d'une voiture, mais les ingénieurs ont dû créer un tampon entre la voiture et les cellules pour les protéger, ce qui augmente leur épaisseur à environ un centimètre.

Le coffre de la voiture rempli de batteries augmente aussi le poids du véhicule d'environ 80 kilos.

Pour Satoshi Shizuka, directeur du projet chez Toyota, réduire le poids de cet attelage et baisser les coûts constituent les principaux défis en vue d'une éventuelle commercialisation d'un tel véhicule qui n'aura pas lieu avant "des années".

Avec Reuters (par Kevin Buckland, Claude Chendjou pour le service français, édité par Benoît Van Overstraeten)

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Auto et Mobilités
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS