Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Toyota, prêt à fournir des éléments de sa voiture à hydrogène à des constructeurs concurrents

, , ,

Publié le

Alors que Toyota a prévu de sortir en 2015 son premier véhicule à hydrogène, le japonais envisage de fournir les principaux composants de sa voiture à pile à combustible à d'autres constructeurs automobiles. Une démarche qui permettrait d'accélérer la diffusion de cette technologie et de favoriser l'installation de stations de recharge.

Toyota, prêt à fournir des éléments de sa voiture à hydrogène à des constructeurs concurrents © D.R.

Pour favoriser l'émergence des véhicules à hydrogène, Toyota prévoit de fournir les principaux composants de sa voiture à pile à combustible à des constructeurs concurrents, a indiqué un responsable du groupe japonais cité par l'agence de presse Kyodo News.

Fournir les composants essentiels du véhicule à hydrogène

Le premier constructeur mondial vient tout juste d'annoncer la sortie de son premier véhicule à hydrogène pour avril 2015 au Japon, et quelques mois plus tard en Europe et aux Etats-Unis. Toyota pourrait fournir différents éléments fondamentaux comme la pile à combustible, le réservoir d'hydrogène à haute pression ou encore son moteur, une fois que la production de ce premier modèle aura démarré.

Certains constructeurs, pour qui les coûts de développement d'un tel programme se révèlent trop importants, pourraient ainsi se décider à développer une offre de véhicules à hydrogène. Pour Toyota, le raisonnement est simple : si d'autres marques proposent également ce type de voitures, les autorités publiques et les géants de l'énergie seraient davantage incités à installer des stations de recharge à hydrogène et donc de développer un écosystème propice à la diffusion de cette énergie propre.

Dans le sillage de l'open innovation de Tesla

Une démarche qui rappelle celle de l'américain Tesla. Le constructeur de véhicules électriques a annoncé en juin qu'il renoncait à faire valoir sa propriété intellectuelle sur ses brevets, notamment pour faire de ses superchargeurs un standard partagé par tous les constructeurs. L'objectif ? Booster ainsi le développement des infrastructures de recharge et donc de la mobilité électrique dans son ensemble.

Julien Bonnet

Réagir à cet article

2 commentaires

Nom profil

08/07/2014 - 13h40 -

Dans cette industrie construire des voitures n’est viable économiquement que si on fait de grandes séries. Est-ce qu’on est en train de nous persuader du contraire et un constructeur automobile ferait dans l’avenir plusieurs technologies par type (et richesse) de client ? Que ce soit un VE ou un véhicule à PAC, qui peut revendiquer ou affirmer que ce genre de véhicule se construira en masse dans l’avenir ? Toyota et Tesla sont en train de dire à un certain public (et qui peut être à l’écoute car il a des moyens) que demain tous les constructeurs se donneront la main pour notre bonheur… Qu’ils se méfient, leurs machines médiatique et de communication ne vont pas forcément atteindre le but qu’ils souhaitaient. Qui fait aujourd’hui chez eux l’état des lieux de la vrai mobilité de demain avec tous ses avatars : engorgements des grandes villes et leur corolaire de restrictions de circulation et règlements (inévitables) imposés par les administrations ? On ne fera pas ces nouvelles technologies sur des citadines de moins de trois mètres qui semblent être la solution pour les grands centres urbains. Les grands constructeurs sont dans une course à l’armement (gaspilleurs de ressources financières) pour fabriquer des éléphants blancs, que le grand public n’achètera pas ou très peu.
Répondre au commentaire
Nom profil

08/07/2014 - 12h44 -

L'utilisateur automobiliste français et européen est en droit de se méfier des administrations et des constructeurs concernant ce nouveau combustible et technologie automobile. On a vu le sort qui a été fait au GPL et ignorance du GNV. La schizophrénie d'annonces sur les combustibles et technologies non achevées et matures permet encore de se méfier davantage. On se demande si cette industrie n'est pas menée par un mu marketing fou et déboussolé. Cette industrie est un canard sans tête qui court. Même Toyota sans vraiment assoir la maturité de l'hybride, fait des impasses sur l'électricité et les VE dont ils ne connaissent pas l'avenir, pour un saut et des annonces dans un inconnu qui n'est pas prêt d'être compris du grand public...et celui-ci va faire des rejets irrationnels. Jusqu'à maintenant on avait des standards mondiaux avec le combustible fossile essence et diesel. Pour l'homme de la rue c'est la pagaille et le doute est créé dans les esprits. Les salons automobiles sont de plus en plus un vaste cirque. Aucun industriel sera capable de persuader un client final d'acheter un produit s'il ne veut pas.
Répondre au commentaire
Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle