Quotidien des Usines

Toyota Onnaing sera la première usine d'assemblage automobile en France à rouvrir ses portes, à partir du 21 avril

, , , ,

Publié le , mis à jour le 16/04/2020 À 08H56

Toyota a annoncé mercredi 15 avril qu'une majorité des syndicats représentés sur son site d'Onnaing (Nord) avaient accepté un redémarrage de l'usine à partir du 21 avril, mais selon un calendrier très progressif.

Toyota Onnaing, première usine d'assemblage automobile en France à rouvrir le 21 avril
Une majorité des syndicats du site de Toyota Onnaing (Nord) ont accepté un redémarrage de l'usine à partir du 21 avril.
© Toyota

Le site de production de la petite Yaris devrait voir son activité reprendre le 21 avril. Toyota a annoncé mercredi 15 avril qu'une majorité des syndicats représentés sur son site d'Onnaing (Nord) avaient accepté un redémarrage de l'usine, mais selon un calendrier très progressif.

Il s'agira ainsi de la première usine d'assemblage automobile en France à rouvrir ses portes après l'arrêt provoqué mi-mars par l'épidémie de coronavirus. Près de Valenciennes (Nord), elle emploie près de 4.000 personnes.

Le constructeur automobile japonais discutait depuis plusieurs jours avec ses syndicats pour surmonter leurs réticences à voir un site de production rouvrir alors que l'ensemble du pays reste confiné et les concessionnaires de voitures fermés.

"L'objectif de cette reprise sera de former les salariés à un nouvel environnement répondant à un protocole de mesures sanitaires strictes", a déclaré le groupe dans un communiqué. "Son organisation de redémarrage (...) a été approuvée à une large majorité par les élus du CSE."

Reprise progressive

"Nous avons voulu faire un redémarrage progressif pour avoir une atmosphère sereine et habituer le personnel aux mesures de protection collectives et individuelles", indiquait à Reuters le 14 avril le porte-parole de Toyota France. Ces mesures prévoient notamment le port de masques et de visières et le respect des distances, même pour les fumeurs qui seront équipés d'un cendrier individuel pour éviter les regroupements pendant les pauses.

Lors du CSE du vendredi 10 avril, la CGT avait voté contre le projet au motif que celui-ci va à l'encontre du confinement. Les autres syndicats avaient décidé de se prononcer à l'issue de la réunion de la commission santé et sécurité sur l'évaluation des mesures proposées par la direction.

 

avec Reuters (Gilles Guillaume, édité par Nicolas Delame)

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte