L'Usine Auto

"Toutes les marques automobiles sont affectées par les retards de livraisons"

Publié le

Entretien Face aux problèmes d’approvisionnement en pièces dus au séisme au Japon, les constructeurs automobiles retardent la livraison de voitures neuves. Le tout dans un climat tendu sur le marché français, qui a reculé de 6,8% en avril. L’Usine Nouvelle revient sur ces difficultés avec Guillaume Paoli, directeur associé d’AramisAuto.com, distributeur d’automobiles.

Toutes les marques automobiles sont affectées par les retards de livraisons © renault

L'Usine Nouvelle - Depuis plusieurs jours, on entend que les délais de livraison des voitures neuves s’allongent, du fait du séisme au Japon. Ressentez-vous ces conséquences dans la distribution automobile ?
Guillaume Paoli - Oui. Cela diffère selon les marques. Renault est le constructeur le plus touché. C’est bien simple, lorsqu’on commande un véhicule sortie d’usine de cette marque maintenant, on ne sait pas quand est ce qu’on va être livré. Chez AramisAuto.com, nous avons tout simplement arrêté de vendre des voitures neuves "commandes usines" Renault, tout comme certains concessionnaires multimarques. Les conséquences du Japon s’ajoutent à d’autres difficultés. Le groupe a déjà des problèmes d’approvisionnement avec son moteur dCI 110 ch depuis plusieurs mois. C’est le moteur phare du groupe, qui équipe la plupart des véhicules Renault. C’est un peu l'annus horribilis pour le groupe.

Et qu’en est-il des autres marques ?
Plus globalement, toutes les marques sont affectées, de manière différente pour chacune. Cela rompt en tout cas avec les conditions habituelles. Pour les voitures les plus traditionnelles, nous sommes dans des délais de deux mois à 10 ou 15 jours près normalement. Toutes les voitures sont concernées. Et le marché de l’occasion commence aussi à être affecté. Les constructeurs ne donnant plus de visibilité aux loueurs, ils ne se lancent pas dans des commandes neuves et donc ne se débarrassent pas leurs anciens modèles. Nous sommes dans une situation de pénurie relative.

Le CCFA a publié les chiffres de ventes automobiles pour le mois d’avril en France. Elles sont en chute de 6,8% en moyenne. Comment l’expliquez-vous ?
C’est une conséquence de la prime à la casse, dont les effets se sont fait sentir jusqu’à fin mars. Mais plus généralement, le marché n’est pas bon cette année. Des experts anticipaient un recul de 10 à 15% sur l’année en janvier. On a du mal à voir jusqu’à quel point le marché peut chuter, notamment avec la crise au Japon. Une chose est sûre : ce ne sera pas une grande année pour le marché de la voiture neuve.
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte