Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Auto

"Tous les signaux nous emmènent vers la fermeture de PSA Aulnay"

Pauline Ducamp ,

Publié le

Entretien Suite à la réunion tripartite qui s’est tenue lundi 18 juin au ministère du Redressement productif, Jean-Pierre Mercier, représentant CGT à l’usine PSA d’Aulnay-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), n’entrevoit pas de sauvetage d’Aulnay.

Tous les signaux nous emmènent vers la fermeture de PSA Aulnay © D.R. - PSA

Sommaire du dossier

L’Usine Nouvelle - Comment s’est passée la réunion d’hier entre les syndicats, la direction de PSA représentée par Denis Martin, le directeur industriel et Arnaud Montebourg, le ministre du Redressement productif ?
Jean-Pierre Mercier - Mal, par la faute d’Arnaud Montebourg. Il n’avait manifestement pas lu le document confidentiel [document de la direction qui planifiait la fermeture du site, révélé l’année dernière par les syndicats de PSA, ndlr]. Tous les participants à cette réunion ont compris que Peugeot pourrait annoncer la fermeture du site fin juillet, à la veille de cinq semaines de congés. Et tout ce qu’il a demandé à Denis Martin, c’est de clarifier ses intentions. Denis Martin n’a pas répondu.

Pourquoi Arnaud Montebourg ne reçoit Philippe Varin qu’aujourd’hui, et pas hier avec les syndicats et les élus ?
Pour faire du cinéma, donner l’impression qu’il fait quelque chose. Mais tout s’enchaine et Arnaud Montebourg ne semble pas vouloir trainer le dossier PSA Aulnay trop longtemps.

L’annonce de la fermeture le 25 juillet a-t-elle été confirmée ?
Jean-Pierre Mercier – Nous n’en savons rien pour le moment, mais cette hypothèse est plausible. Côté syndicats, nous pensions que la direction pourrait annoncer la fermeture avant les congés d’été ou avant ceux de fin d’année. Si la date du 25 juillet se confirme, ce sera à la veille de quatre semaines de congés payés plus une semaine de chômage partiel. Tout le monde a des projets pour l’été, ce sera dur.

Quelle est l’ambiance sur le site d’Aulnay-sous-Bois ?
La direction est passée à la vitesse supérieure pour vider l’usine. Aujourd’hui se tient un forum de l’emploi, avec Carrefour, la RATP ou encore la Snecma pour proposer 500 postes aux salariés. Des postes que la direction nous encourage à prendre. L’usine de Mulhouse monte en cadence plus rapidement sur la 208, pour libérer de la place à Poissy, qui pourra alors recevoir la C3. Denis Martin a annoncé qu’il restait 450.000 Citroën C3 à produire, le directeur d’Aulnay disait 800.000.Tous les signaux nous emmènent vers la fermeture.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Notre sélection : Les écoles d'ingénieurs, vivier préféré de l'industrie

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle