Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Tous les acteurs français de la sécurité réunis dans une filière : le CICS est né

Hassan Meddah , , , ,

Publié le

Made in France PME et grands groupes ont créé une structure de concertation resserrée : le Conseil des industries de confiance et de sécurité. Son but : organiser, structurer et développer une industrie qui pèse déjà plus de 10 milliards d’euros de chiffre d’affaires et emploie directement plus de 50 000 salariés qualifiés.

Tous les acteurs français de la sécurité réunis dans une filière : le CICS est né © ep_jhu - Flickr - C.C.

L’organisation de filière structurée et solidaire devient l’alpha et l’oméga de la stratégie industrielle française. Avec comme modèle le secteur aéronautique, créateur d’emplois et contributeur majeur à la balance commerciale du pays. Pas étonnant donc qu’après la mise en place en septembre dernier du Cospace, le comité de concertation Etat-Industrie du secteur spatial, le gouvernement veut structurer une nouvelle filière : celle de la sécurité.

Alors que s’ouvrent aujourd’hui les Assises de la sécurité numérique qui vont se tenir jusqu’au 5 octobre à Monaco, l’ensemble des acteurs présents dans le domaine de la sécurité, sous l’égide du premier ministre, ont décidé de se regrouper au sein d’une même organisation : le CICS, le Conseil des industries de confiance et de sécurité, réunissant grands groupes et PME.

De la protection des infrastructures à la cybersécurité

"Les industriels du secteur de la confiance et de la sécurité ont décidé de se structurer pour coordonner leurs positions et s’exprimer d’une seule voix… Dans ce contexte, le CICS a la volonté de mobiliser les ressources des industries dans un domaine où l’enjeu est de combiner les moyens humains et les hautes technologies", souligne l’acte de naissance du CICS.

Un premier conseil d’administration s’est tenu le 25 septembre au cours duquel a été nommé son président Hervé Guillou, ancien patron de la division cybersécurité d’EADS. Les domaines d’intervention sont larges : la surveillance des frontières terrestres et maritimes, la sécurité des transports (terrestres, aériens et maritimes), la protection des infrastructures critiques, la sécurité civile, la sécurité numérique (cybersécurité, communications, identité), la gestion de crise, la lutte contre le terrorisme et la lutte contre la grande criminalité…

L’objectif est de structurer et de développer cette industrie qui emploie 55 000 salariés pour un chiffre d’affaires supérieur à 10 milliards d’euros dont plus de la moitié à l’exportation.

Grands groupes et PME innovantes

Déjà en juillet dernier, le ministre de l’intérieur Manuel Valls avait appelé à la structuration d’une telle filière suite aux recommandations du Livre blanc pour la défense et la sécurité nationale remis au président de la république en avril. La France compte en effet de nombreux atouts sur ce marché porteur notamment à travers ses champions : Bull, Thales, EADS France dans le domaine de la cybersécurité, Gemplus dans le domaine des cartes à puce, Morpho dans le domaine de la biométrie...

Elle compte également un tissu de PME innovantes dans le domaine que ce soit dans le domaine de la sécurisation des terminaux mobiles ou des pare-feux informatiques. Toutefois, le secteur est très éclaté du fait même du large spectre des domaines d’intervention (électronique, informatique, communication, biométrie, etc.).

synchroniser l’effort de R&D de tous les acteurs

D’ailleurs pas moins de quatre syndicats professionnels sont à l’origine du CICS : la Fédération des industries électriques, électroniques et de communication (FIEEC), le Groupement des industries de construction et activités navales (GICAN), le Groupement des industries françaises de défense ou de sécurité terrestre ou aéroterrestre (GICAT) et le Groupement des industries françaises aéronautiques et spatiales (GIFAS).

A l’instar du CORAC dans le secteur aéronautique, le CICS va mettre en place une feuille de route technologique pour l’ensemble de la filière afin de centraliser et de synchroniser l’effort de R&D de tous les acteurs. Des programmes de démonstrateurs devraient être dévoilés sous peu. La filière de la sécurité sera animé par le COFIS, le comité de la filière industrielle de Sécurité.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle