Tours se dote d'un tramway Alstom signé Buren

,

Publié le

Après trois ans de travaux, le tramway de Tours (Indre-et-Loire) entre en service samedi 31 août. La cité ligérienne a confié le design de ce tram sur rails d'Alstom à un collectif, dont a fait partie l'artiste Daniel Buren. Les 15 kilomètres ont coûté 433 millions d'euros.

Tours se dote d'un tramway Alstom signé Buren
Tramway Citadis de Tours
© Alstom

L'agglomération de Tours (285 000 habitants) en Indre-et-Loire met en service son tramway samedi 31 août. Après trois ans de chantier, cette ligne de 15 kilomètres accueillera les 21 rames du Citadis d'Alstom, dans sa version la plus longue, c'est à dire 43 mètres. Le réseau est confié à Keolis, filiale de la SNCF. Estimé à 369,5 millions d'euros, le coût initial du projet devrait sortir à 433 millions d'euros.

Le coût du matériel roulant approche 75 millions d'euros.

Parmi les particularités de ce tramway, son design, confié dès l'élaboration du projet à un collectif comprenant plusieurs artistes, designers et un géographe, sous l'égide du cabinet RCP (trams et métros d'Alger, Le Mans, Angers). Parmi eux, le créateur du TGV, Roger Talon, aujourd'hui décédé, ainsi que l'auteur des colonnes du Palais Royal à Paris, Daniel Buren. "Grâce à son éclairage vertical et à son intégration dans le paysage, nous avons imaginé un "curseur" qui glisse dans la ville", énonce Régine Charvet-Pello, du cabinet RCP. Pour y parvenir, Alstom, en lien avec son fournisseur Hexis, a dû imaginer un nouveau revêtement à effet miroir. "Nous allons certainement nous en servir pour d'autres trams ou métros", prévoit Xavier Allard, directeur du design d'Alstom.

Tout au long du tracé, Daniel Buren a signé plusieurs œuvres monumentales. Mais la plus aboutie, et celle qui recueille d'ores et déjà le meilleur accueil des habitants, c'est la fusion entre les rames et les stations. "Les bandes noires et blanches des rames se joignent aux mêmes bandes en station, pour que toutes les six minutes, le tramway et la station ne fassent qu'un", explique-t-il.

Correspondance rapide entre le tramway et les trains

Autre point fort : la gare de Tours a été réaménagée et le tramway se rapproche au plus près des trains. Outre 10 millions de travaux pour rénover la verrière et l'intérieur de la gare, la SNCF a cédé des terrains pour permettre une correspondance rapide. "Il y a des cas en France où le tram évite la gare. Ici, nous avons créé une alternative au tout-voiture en bonne concertation avec les élus", a déclaré Guillaume Pépy mercredi 28 août au soir, lors d'une ultime visite avant la mise en service.

Enfin, pour éviter les caténaires en secteur sauvegardé (Tours a la deuxième surface de France derrière Paris), l’agglomération a fait le choix de l’alimentation par le sol (APS) d'Alstom, APS qui a dû être allongée à la demande de l'architecte des bâtiments de France, soit un surcoût d'environ 800 000 euros.

La première ligne du tram tourangeau reprend globalement le tracé de la principale ligne de bus à haut niveau de service, traversant l'agglomération du nord au sud. Les autorités attendent environ 55 000 voyageurs par jour. Une seconde ligne pourrait compléter le réseau dans le cadre du troisième appel à projets pour des transports en commun en site propre lancé par le gouvernement mi-septembre.

Stéphane Frachet

Réagir à cet article

1 commentaire

Nom profil

27/11/2017 - 16h15 -

J'ai tout lu mais je ne sais toujours pas de quoi est fait le tram de Tours. Matériau dit de finition et peinture. C'est très beau mais est-ce anti-tag ? Merci d'avance pour votre réponse Meilleures salutations
Répondre au commentaire

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte