Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Toulouse veut exploiter le filon des applications spatiales

Hassan Meddah , , ,

Publié le

A l’occasion du Toulouse Space Show, la région Midi-Pyrénées a lancé officiellement son institut "InSpace". Donneurs d’ordres, PME et laboratoires coopéreront pour développer des applications spatiales.

Toulouse veut exploiter le filon des applications spatiales © Astrium

Toulouse, ce n'est pas que l'aéronautique et Airbus, c'est aussi le spatial. Plus de 1500 participants et une centaine d'exposants se sont ainsi  réunis pour la quatrième édition du Toulouse Space Show qui s’est tenu du 30 juin au 2 juillet. Parmi eux, les grands maîtres-d'oeuvre de l'industrie spatiale, Thales Alenia Space et Airbus Space & Défence, le CNES mais aussi des dizaines de PME.

"Cette industrie regroupe plus de 12 000 salariés dans la région", a rappelé Martin Malvy, président de la région Midi-Pyrénées. Le salon a été l’occasion de lever le voile sur le futur institut "InSpace" qui doit regrouper les principaux acteurs de la filière afin de développer une expertise et des services sur le marché des applications spatiales. Selon les différents scénarios, le développement d’applications spatiales (e-santé, aides aux cultures, alertes environnementales…) auprès des collectivités locales et des entreprises pourrait générer jusqu’à 20 millions d’euros dans les 5 ans. 

"En terme d’emploi, le secteur des applications spatiales est largement sous développé par au rapport à l’activité infrastructures dans un rapport de 1 à 10. Cette initiative pourrait créer 200 emplois dans la région", estime Bernard Plano, président de Midi Pyrénées Expansion, l'agence de développement régionale. "Ce marché qui consiste à développer des logiciels et inventer des services est accessible aux PME et TPE", se félicite Alain Di Crescenzo, président de la CCI de Toulouse. Or la région n’en manque pas : on dénombre près de 400 PME du secteur spatial dans la région pour un chiffre d'affaires de 600 millions d'euros.

Géolocalisation

Certains exposants n'ont pas attendu cette initiative pour déjà tirer parti de ce nouveau filon comme Telespazio, une filiale commune à Thales et au groupe italien Finmeccanica. L'entreprise a profité du salon pour lancer sa plate-forme Mobil'in City pour offrir des services de géolocalisation en milieu urbain. En s'appuyant sur celle-ci, des start-up pourront développer des offres commerciales innovantes comme le guidage des personnes aveugles en ville, la localisation d'une borne de rechargement disponible pour véhicule électrique, ou encore la navigation de voitures sans pilotes à plus long terme.

En France, Telespazio connaît une forte croissance de son chiffre d'affaires. "Nous avons doublé notre chiffre d'affaires à 60 millions d’euros dans les 3 dernières années et nous voulons faire de même dans les trois prochaines années", table Nicolas Vincent vice-président Geo Information de Telespazio France.

Transports scolaires

Pour développer le marché, il faudra combiner le satellite avec d'autres technologies (WiFi, réseaux cellulaires, capteurs…), Ainsi le bureau d'études Aguila Technologies basé à Bidart (Pyrénées-Atlantiques) et spécialiste des objets connectés présentait au salon son application de sécurisation des transports scolaires. Au-delà de la géolocalisation des bus, l'exploitant de la ligne peut être informé en cas de choc ou d'accident du véhicule grâce à des capteurs intégrés dans le bus. Des caméras embarquées transmettent en cas d'accident, les images de l'intérieur du bus et de son environnement immédiat.

Selon la société de conseil en innovations Alcimed, si le marché est prometteur, il doit encore se structurer. "Il faut développer les synergies entre les différents acteurs. Pour démocratiser l’accès aux données spatiales et rapprocher l’offre de la demande, des structures intermédiaires sont nécessaires", explique Alexandre Savin, directeur du bureau Alcimed de Toulouse.

Hassan Meddah

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

   
 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle