Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine Aéro

Toulouse, capitale de l'hydrogène

,

Publié le

Enquête Les projets se multiplient dans la métropole et dans la région pour favoriser l’utilisation de l’hydrogène dans les transports du futur.

Toulouse, capitale de l'hydrogène
À Toulouse, Safran développe une pile à combustible pour l'alimentation électrique des systèmes annexes des avions.

L’hydrogène tend à s’imposer comme une option crédible dans les transports du futur. Alors que la voiture à hydrogène peine à décoller en France, avec un parc de quelques centaines de véhicules et une petite vingtaine de stations de distribution, la région Occitanie a décidé de prendre les choses en mains.

Son projet HyPort, retenu dès 2016 dans le cadre de l’appel à projets national "Territoires hydrogène", embarque une quarantaine d’industriels (grands groupes et PME), de laboratoires et de collectivités locales. Entré en phase de concrétisation, il prévoit le déploiement des infrastructures de production et de distribution d’hydrogène "vert" sur les zones réservées et publiques des deux aéroports de Toulouse-Blagnac (Haute-Garonne) et de Tarbes-Lourdes-Pyrénées (Hautes-Pyrénées).

Ces deux sites pilotes permettront de tester et de promouvoir des technologies et des usages pour tous les équipements en service sur une plate-forme aéroportuaire (avions, engins de pistes, mais aussi navettes, taxis, bus de ville, véhicules légers de livraison, voitures de tourisme…). Pour se lancer dans l’aventure, la métropole toulousaine et la région Occitanie disposent de nombreux atouts, notamment des industriels présents sur tous les fronts de la mobilité – trains, bus de ville, avions.

Le système de traction du nouveau train de voyageurs à hydrogène développé par Alstom, le Coradia iLint, a été conçu par les équipes Alstom de Séméac (620 salariés), près de Tarbes. À Albi (Tarn), Safra (190 salariés, 23 millions d’euros de chiffre d’affaires) vient de remporter un premier marché pour la version à hydrogène de son bus de ville électrique, le Businova H2, dont le prototype a été présenté au salon Hyvolution, début avril, à Paris.

De son côté, le groupe aéronautique Safran a décidé de localiser le cœur de sa R & D sur les piles à combustible à Toulouse, où sa filiale Safran Power Units (560 salariés dans la ville rose), spécialisée dans les systèmes de puissance pour l’aéronautique civile et militaire, pilote le projet collaboratif Pipaa (pile à combustible pour applications aéronautiques). Parmi les premières applications : un système de taxiage autonome alimenté par pile à combustible, destiné au roulage au sol des avions commerciaux. Pipaa devrait mobiliser 51,6 millions d’euros sur cinq ans. "Les premières retombées commerciales et industrielles sont attendues d’ici deux à trois ans, avec des recrutements et des investissements à la clé chez nous et nos partenaires", souligne François Tarel, le directeur général de Safran Power Units.

Pionnière en hydrogène vert

Côté recherche, le projet s’appuie sur la plate-forme Pacaero (piles à combustible dans un contexte aéronautique), portée par le laboratoire toulousain Laplace, avec le Centre interuniversitaire de recherche et d’ingénierie des matériaux, l’Institut de mécanique des fluides de Toulouse et le Laboratoire de génie chimique. "Nos équipes travaillent sur les piles et les électrolyseurs et s’intéressent aux solutions de stockage mobiles et stationnaires et aux synergies entre microréseaux aéronautiques et terrestres", insiste Christophe Turpin, le responsable des activités hydrogène au Laplace.

La Région fait aussi figure de pionnière en matière d’hydrogène vert. Depuis plus de dix ans, le syndicat mixte départemental de valorisation des déchets ménagers Trifyl, dans le Tarn, travaille avec l’Institut national de la recherche agronomique (Inra) et l’École des mines d’Albi, sur la production d’hydrogène par voie fermentaire. "Nous nous intéressons à l’ensemble de la chaîne de valeur : production, stockage et distribution", précise Carole Barrau, la chef du service R & D du syndicat mixte. Dans le cadre du projet Vabhyogaz (production d’hydrogène à partir de déchets), soutenu par l’Agence de l’environnement et de la maîtrise de l’énergie (Ademe), une unité pilote de production a été mise en service, couplée à une station de distribution où vient s’approvisionner un Kangoo électrique équipé d’un prolongateur d’autonomie alimenté en hydrogène. L’objectif est de passer à l’échelle industrielle, avec une unité de production d’une capacité dix fois supérieure et le déploiement de stations de distribution satellites.

Dans l’Aveyron, Braley (48 salariés, 10 millions d’euros de chiffre d’affaires), spécialisé dans le transport, la collecte et le traitement des déchets, développe sa propre station de production (à partir d’électricité fatale achetée à EDF), pour une capacité de 120?kilogrammes par jour. En Ariège, le producteur indépendant d’énergies renouvelables Ondulia prévoit de coupler une centrale hydroélectrique à un électrolyseur et de développer de nouvelles activités autour de véhicules électriques équipés de piles à combustibles.

Un corridor de la mobilité

Ces réalisations participent à la création d’un corridor d’expérimentation de 900 kilomètres de la mobilité hydrogène entre la France, l’Andorre et l’Espagne. Elles seront bientôt consolidées par l'ensemble des stations du projet Hyport. "Dès cette année pour celle de l’aéroport de Toulouse-Blagnac, puis en 2019 pour celui de Tarbes-Lourdes-Pyrénées", précise Pierre Benaïm, le responsable de la stratégie régionale de l’innovation. Plusieurs stations délocalisées viendront compléter le dispositif, implantées dans l’agglomération toulousaine et dans plusieurs vallées pyrénéennes. Une société de projets, associant Engie Cofely et MPEI, l’outil régional de financement des énergies renouvelables, a été constituée pour porter les investissements et l’exploitation des infrastructures. Les deux sites aéroportuaires serviront de vitrine à une filière hydrogène que la Région entend étendre sur l’ensemble de ses territoires.

L’Occitanie, région à énergie positive en 2050

L’Occitanie a une ambition claire : devenir d’ici à 2050 la première région européenne à énergie positive, qui couvre 100 % de ses besoins en énergie par le renouvelable. Le cap a été fixé, les principaux chantiers définis. La Région vient de se doter d’une Agence régionale de l’énergie et du climat (Arec) pour les piloter. Objectifs : une réduction de l’ordre de 40 % de la consommation d’énergie par habitant et un triplement de la production d’énergies renouvelables (ENR). L’Occitanie se positionne déjà comme la première région française pour sa production photovoltaïque, deuxième pour l’hydroélectricité et troisième pour l’éolien. En 2015, les énergies renouvelables couvraient 21 % de sa consommation totale d’énergie, selon l’Observatoire régional de l’énergie, et 38 % de l’électricité consommée.

D’ici à 2050, tous les leviers seront actionnés : l’hydroélectricité, le bois énergie, le soleil, le vent (avec une ambition particulière en éolien flottant), la géothermie, la méthanisation, ou encore l’hydrogène, pour accompagner le développement de nouveaux modes de mobilité sans pétrole. Un hydrogène « vert », produit par électrolyse de l’eau grâce à une électricité d’origine renouvelable (jusqu’à 20 % de la production régionale d’énergies renouvelables devront être convertis en hydrogène à l’horizon 2050), mais aussi par voie fermentaire, pour être utilisé soit directement dans des véhicules à hydrogène (voitures, camions, bus, trains, avions…), soit par injection dans le réseau de gaz.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle