Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Toujours pas d'offre de reprise pour GM&S Industry

, ,

Publié le

A la veille de l'audience décisive du Tribunal de commerce de Poitiers (Vienne), aucune offre ferme de reprise n'a été déposée en faveur de l'équipementier GM&S Industry basé à la Souterraine (Creuse).

Toujours pas d'offre de reprise pour GM&S Industry © D.R.

Réunion de la dernière chance au ministère de l'Economie pour les représentants des salariés de GM&S Industry le 22 juin, à la veille de l'audience du Tribunal de Poitiers qui décidera de l'avenir des 277 salariés de La Souterraine (Creuse). D'abord réunis le 21 juin en comité d'entreprise, ils ont fait part de leurs vives inquiétudes. "Nous sommes atterrés de voir comment les salariés sont traités, déplore Vincent Labrousse, délégué CGT du personnel. Ni Maître Gladel, ni Maître Rousseau n'étaient présents, hier, sur le site afin d'avoir des échanges sur la situation et sur ce qu'ils vont demander au Tribunal de commerce le 23 juin. Ils ont envoyé deux bons soldats à la discussion, Monsieur Renaud Leyoudec et Maître Keyrouaz, mais ni l'un ni l'autre ne sont en mesure de donner des éléments et de répondre à nos questionnements sur les perspectives, le déroulé de la procédure et les garanties des droits des salariés."

Aucune offre ferme de reprise n'a été présentée, seul le groupe stéphanois GMD, spécialisé dans l'emboutissage, devrait proposer un business-plan suite à son mail d'intention adressé aux administrateurs judiciaires. L'inquiétude grandit et les salariés commencent à douter d'une possible reprise de leur usine qu'ils bloquent à nouveau depuis le 12 juin. "Nous considérons qu'en l'état des éléments transmis, les représentants des salariés ne peuvent rien dire, étant donné que le mail de GMD ne constitue ni une offre, ni un business plan. Maître Gladel par l'intermédiaire de Renaud Leyoudec n'a rien transmis sur ce qui va être présenté au Tribunal. En revanche, le conseil régional a joué son rôle en garantissant le dernier versement. Notre dossier est en déshérence. Cette stratégie du pire est mise en place pour nous faire avaler une liquidation."

Prolonger la période d'observation

Les représentants du personnel demandent un report de l'audience au 30 juin pour permettre à une offre d'émerger, ainsi qu'une prolongation de la période d'observation au 30 septembre, l'été étant synonyme de congés et de baisse d'activité chez les constructeurs. Ils demandent toujours que le chiffre d'affaires des constructeurs soit renégocié à la hausse, PSA s'est engagé pour 12 millions en 2018 et Renault pour 10 millions, afin qu'un maximum de salariés puissent être éventuellement repris. Pour l'heure, GMD étudierait la possibilité de reprendre 110 à 120 salariés, un effectif très en dessous des attentes des salariés qui espèrent encore sauver 240 emplois. "Les salariés sont exacerbés par la prise en compte de ce dossier et le chantage qu'ils subissent, ajoute Vincent Labrousse. Nous vous mettons en garde car le désespoir pousse à des réactions extrêmes !"

Corinne Mérigaud
 

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle