L'Usine Aéro

Toujours endetté, Bombardier prédit des flux de trésorerie disponibles positifs en 2020

, , , ,

Publié le , mis à jour le 18/02/2020 À 11H43

Sans surprise, Bombardier a révélé le 13 février des résultats financiers ternes pour l'année 2019. Le groupe canadien n'a pas encore révélé une éventuelle opération avec Alstom sur ses activités ferroviaires, même si les rumeurs se font insistantes.

Toujours endetté, Bombardier prédit des flux de trésorerie disponibles positifs en 2020
Bombardier affiche un chiffre d'affaires en baisse de 3 %, à 15,8 milliards de dollars, en 2019. /Photo d'archives/REUTERS/Denis Balibouse
© Denis Balibouse

Bombardier fait durer le suspense en ce qui concerne une éventuelle opération avec Alstom. Selon plusieurs sources, l'entreprise canadienne aurait décidé de vendre au groupe français ses activités ferroviaires. La transaction n'a pas encore été officialisée jeudi 13 décembre, à la présentation des résultats financiers annuels de Bombardier.

Bombardier veut "accélérer le désendettement"

"Bombardier continue activement d’examiner des options qui lui permettraient d’accélérer le désendettement, de rembourser la dette et de placer l’entreprise en position de connaître du succès à long terme [...], a dit le groupe canadien dans un communiqué. Ce processus se poursuit, même si l’entreprise n’a pas l’intention de fournir d'autres mises à jour pour le moment."

Selon des informations de presse, le rachat de Bombardier Transport par Alstom pourrait être officialisé la semaine du 17 février. "Ça va aboutir, on est à 99% de l’affaire", rapporte une source dans l'entourage d'Alstom citée par BFM Business. Avant d'être présenté publiquement, l'accord final doit d'abord être validé par le conseil d'administration de Bouygues, actionnaire à 14,7 % d'Alstom, toujours selon BFM Business.

Bombardier sort de l'aviation commerciale

Ce silence a contribué à faire plonger l'action de 9 % dans les premiers échanges à la Bourse de Toronto. Le titre s'est ensuite repris pour évoluer autour de l'équilibre. "Nous avons des options et nous allons continuer d'examiner nos options pour voir s'il existe des moyens d'accélérer la phase de désendettement du plan de redressement", a déclaré le directeur général de Bombardier, Alain Bellemare.

En revanche, le groupe canadien de construction ferroviaire et aéronautique a bien annoncé avoir inscrit une charge de dépréciation de 1,6 milliard de dollars relative à l'A220. Bombardier a annoncé son désengagement du programme d'avions avec la vente de sa participation à Airbus. En vendant sa part minoritaire, Bombardier va percevoir près de 600 millions de dollars et met fin à sa présence dans l'aviation commerciale. La transaction lui permettra d'éviter d'investir quelque 700 millions de dollars dans le projet A220.

Chiffre d'affaires en baisse en 2019

Bombardier a subi au quatrième trimestre 2019 une perte avant intérêts et taxes de 1,70 milliard de dollars, contre un bénéfice de 342 millions un an plus tôt, en raison notamment de charges liées à des difficultés dans l'exécution de résultats ferroviaires en Europe. Le groupe affiche un chiffre d'affaires en baisse de 3 %, à 15,8 milliards de dollars, en 2019.

Les ventes de la division convoitée par Alstom ont baissé de 7 % en 2019, tombant à 8,3 milliards de dollars. À l'inverse, l'activité aviation affiche un résultat en hausse de 3 %, à 7,5 milliards de dollars, notamment grâce à l'aviation d'affaires, dernière "pépite" de Bombardier dans l'aéronautique.

Des prévisions en-dessous des attentes pour 2020

Bombardier a dit prévoir des flux de trésorerie disponibles positifs en 2020, après un cash flow négatif de 1,2 milliard de dollars (1,1 milliard d'euros) en 2019. Le groupe canadien s'attend aussi pour 2020 à une croissance à deux chiffres de ses activités "durables" dans les avions d'affaires et le transport, dont les revenus cumulés devraient dépasser 15 milliards de dollars contre 13,7 milliards en 2019. Ce montant est inférieur aux 18,18 milliards anticipés en moyenne par les analystes, selon les données IBES de Refinitiv.

La marge d'exploitation (Ebitda) devrait s'établir à environ 7 % en 2020 alors que les analystes prédisent plus de 8 %.

Avec Reuters (version française Jean-Stéphane Brosse et Bertrand Boucey)

Nous suivre

 
 

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte