Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

"Touche pas à mon EBE !" : les patrons se mobilisent contre la taxe

, , ,

Publié le , mis à jour le 01/10/2013 À 12H38

En lançant cette initiative "Touche pas à mon EBE !", L'Usine Nouvelle fait appel aux témoignages autour de la nouvelle taxe sur l'excédent brut d'exploitation. Vous lirez ici les "coups de gueule" de patrons en colère contre ce nouvel impôt qu'ils estiment dangereux pour l'investissement, l'industrie et la croissance. Laurence Parisot de l'Ifop, Jean-Claude Volot du Medef, Thierry de la Tour d'Artaise de Seb ou Philippe d'Ornano de Sisley, entre autres, livrent leur analyse. Vous-aussi témoignez !

Touche pas à mon EBE ! : les patrons se mobilisent contre la taxe
Les patrons se mobilisent contre la taxe EBE.

Sommaire du dossier

Le nouvel impôt sur l'excédent brut d'exploitation, imaginé par le gouvernement pour remplacer notamment l'impôt forfaitaire annuel, a suscité une colère froide dans les rangs du patronat. Tous les patrons, même ceux qui dirigent des entreprises réalisant moins de 50 millions d'euros de chiffre d'affaires (exonérés de cet impôt donc...), s'accordent pour dire que cette nouvelle taxe a tout d'un impôt imbécile : il risque de freiner l'investissement en France et pourrait contribuer à créer un nouvel effet de seuil. L'Usine Nouvelle vous propose ici, dans cette page "Touche pas à mon EBE !", de comprendre à travers des témoignages de patrons ce que cet impôt va changer s’il est adopté.

Et si vous aussi, vous êtes patrons, de l'industrie ou des services, dites-nous ce que vous pensez de cette taxe de manière argumentée. Postez votre témoignage, dans la zone de commentaires en bas de page, en expliquant très concrètement l'impact qu'elle pourrait avoir sur votre activité (merci de préciser si possible votre chiffre d'affaires, effectifs et secteur d'activité).

 

POUR TEMOIGNER, ECRIVEZ-NOUS ET PARTAGEZ, AVEC NOS LECTEURS, VOTRE SENTIMENT SUR LA TAXE EBE

 

"600 000 euros d'impôt en plus pour Manuloc", selon Catherine Barthélemy, PDG de Manuloc"

"Ce nouvel impôt anéantit la compétitivité", selon Alain Lacour, DG d’une société innovante dans le monde du paiement

"Les petits paieront aussi l'addition !", selon Claude Salaün, patron de SC2M"

"La taxe sur l'EBE est catastrophique pour l'investissement", selon Laurence Parisot, VP de l'Ifop

"La taxe sur l’EBE représentera un montant d’environ 200 000 euros", selon Frédéric Sebag, président d'Open

"Une nouvelle incertitude fiscale plane sur les entreprises", selon Dominique Schelcher, PDG de Système U Est

La taxe sur l'EBE pénalise les investisseurs, estime Emile DI SERIO, Président de Saint Jean Industries

La taxe sur l'EBE, comme une prime à la délocalisation, assure Jean-Claude Volot, vice-président du Medef, président de Dedienne Aerospace

"La taxe sur l’EBE créera un nouvel effet de seuil", pour Viviane Chaîne-Ribeiro, présidente de Talentia Software et administratrice du Syntec numérique

"Chez nous, la taxe EBE sera dix fois plus importante que l'impôt forfaitaire annuel", d'après Philippe d'Ornano, Directeur général de Sisley

"La taxe EBE va grever le prix des produits made in France", selon Thierry de la Tour d'Artaise, PDG de Seb

"Le gouvernement est en train de recréer la taxe professionnelle", selon Thibault Lanxade, président du Pôle Entrepreneuriat et Croissance au MEDEF, PDG d’Aqoba

 

Réagir à cet article

5 commentaires

Nom profil

01/10/2013 - 12h28 -

En fait les patrons se plaignent de ne pas assez pouvoir s'endetter !!
Et dans le même temps ils critiquent la mauvaise gestion de l'Etat dispendieux ! 1.6%, pauvres choux...
Répondre au commentaire
Nom profil

30/09/2013 - 18h54 -

je gère une société de conseil auprès des industries pour les aider à améliorer leurs performances mais de plus en plus mes missions consistent à les aider à survivre dans un pays où tout est fait pour détruire l'industrie. Je ne comprends pas cet acharnement: les raisons des décisions absurdes qui sont prises à longueur d'année échappent à toute logique économique et de bon sens. Seule une idéologie décalée est capable de faire cela. Cette dernière mesure concernant l'EBE n'est qu'un exemple de plus en attendant le suivant.
Il est temps de déclarer la guerre à ces décisions. L'ennemi n'est pas là où l'on croit: il est dans notre propre pays.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/09/2013 - 17h24 -

Le PDG de SEB annonce un chiffre dix fois supérieur à la réalité. Les 500 kF sont par ailleurs à comparer au 200 MF de résultats
Répondre au commentaire
Nom profil

30/09/2013 - 17h16 -

L'EBE étant de l'ordre de 10% du CA la taxe serait d'environ 0,1% . Ce qui sera répercuté sur les prix de vente. (Le prix de la baguette de pain n'est cependant pas calculée avec cette précision).

Cela jouera donc peu sur l'investissement. D'autant que la compensation par les crédits impôt innovation et emploi le compense, ainsi que des baisses de charges.
Répondre au commentaire
Nom profil

30/09/2013 - 15h24 -

Eh bien moi, j’en ai marre d’entendre qu’on inflige encore un impôt à des sociétés Françaises, alors qu’on fout une paix royale à des grands groupes internationaux qui ne payent pas d’impôt en France.
J’ai 50 ans, je suis chef d’entreprise Française depuis 33 ans, mais je crois que je vais finir par jeter l’éponge, vendre tout le « bastringue », et regarder mon pays partir en vrac…
Pauvre France vieillissante, mollement dirigée tu n’arriveras à rien…
Répondre au commentaire
Lire la suite

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services. En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

OK

En savoir plus