Touché par la pandémie, TUI accuse une perte annuelle de 3 milliards d'euros

LONDRES (Reuters) - TUI a fait état jeudi d'une perte opérationnelle annuelle de trois milliards d'euros, le géant du tourisme ayant été frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus qui l'a contraint à recourir à plusieurs plans de sauvetage auprès du gouvernement allemand.
Partager
Touché par la pandémie, TUI accuse une perte annuelle de 3 milliards d'euros
TUI a fait état jeudi d'une perte opérationnelle annuelle de trois milliards d'euros, le géant du tourisme ayant été frappé de plein fouet par la pandémie de coronavirus qui l'a contraint à recourir à plusieurs plans de sauvetage auprès du gouvernement allemand. /Photo prise le 28 juillet 2020/REUTERS/Carl Recine

L'entreprise, basée à Hanovre, en Allemagne, ambitionne désormais de réduire ses coûts à hauteur de 400 millions d'euros par an, contre 300 millions précédemment, afin de rembourser la dette contractée pour survivre à la crise du coronavirus.

La semaine dernière, TUI a conclu un accord avec des investisseurs privés, des banques et le gouvernement allemand pour un troisième plan de sauvetage de 1,8 milliard d'euros, venu s'ajouter aux 3 milliards d'euros de prêts d'État déjà accordés au voyagiste.

A la suite de ce dernier renflouement, TUI dispose désormais de 2,5 milliards d'euros de liquidités.

"Les mesures rapides de réduction des coûts et sécurisation des liquidités sont importantes pour le groupe. Elles constituent une base stable pour l'avenir", a déclaré le directeur général de TUI, Fritz Joussen.

Le dirigeant estime que les vaccins destinés à lutter contre le COVID-19 contribueront en 2021 à stimuler la demande de voyages qui devrait retrouver ses niveaux de 2019 d'ici 2022.

Les réservations pour l'été prochain sont supérieures de 3% à ce qu'elles étaient à la même époque en 2019 et la moyenne des prix pour l'été 2021 est supérieure de 14% à celle de 2020, a indiqué TUI.

La perte opérationnelle de trois milliards d'euros du voyagiste se compare à un bénéfice de 894 millions d'euros réalisé un an plus tôt. Le chiffre d'affaires annuel a chuté de 58%, à 7,9 milliards d'euros.

(Sarah Young, version française Charles Regnier, édité par Blandine Hénault)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS