TotalFinaElf sous caution. HP-Compaq : les familles s'en mêlent. L'internet mobile japonais arrive en Europe. BMW ignore la crise. Essilor mise sur l'Asie...

Partager

Un record : TotalFinaElf, mis en examen deux ans après le naufrage de l'Erika, devra payer une caution de 50 millions de francs. Mais les appréciations sur ce montant divergent. Pour l'avocat du groupe pétrolier, cette décision n'a aucun sens, et il signale que le groupe a déjà engagé 1,2 milliard de francs pour le pompage et le nettoyage. Pour le président du Conseil Général de Vendée, Phillipe de Villiers (et non pas Gérard ( !), comme l'écrivent Les Echos), les 50 millions de caution ouvrent la voie à une indemnisation à 100% des victimes. Enfin, Les Echos ramènent ce chiffre au 4,7 milliards d'euros de bénéfices enregistrés par TotalFinaElf au premier semestre. Décidément, la fusion de Hewlett-Packard avec Compaq semble mal partie. Hier c'était le fils Hewlett (5% du capital) qui exprimait son opposition au projet, aujourd'hui, le Financial Times nous explique que la famille Packard (10% du capital) s'en mêle, et paraît rejoindre l'opinion de Walter Hewlett. L'internet mobile profite à DoCoMo. L'opérateur japonais de téléphonie mobile réussit à se maintenir à flot grâce à son service i-mode qui rencontre un franc succès au Japon, indique La Tribune. DoCoMo semble de plus en plus coupé en deux, remarque le quotidien : d'un coté, le Japon, marché rentable dont il détient 60%, de l'autre ses investissements à l'étranger (Hutchison, ATT Wireless, KPN), qui se révèlent pour l'instant catastrophiques. La technologie i-mode d'accès à Internet devrait prochainement faire son apparition en Europe, puisqu'elle est testée par le hollandais KPN (et sa filiale allemande E-Plus), ainsi que par Bouygues Télécom. BMW ignore la crise. Le constructeur automobile allemand embauche, et élargit ses capacités de production, au moment où Opel, Ford, voire VW, les réduisent. Même aux Etats-Unis, les ventes ont retrouvé la croissance, après une baisse notable au lendemain du 11 septembre, rapporte La Tribune. Essilor compte sur l'Asie. Le n°1 mondial des verres ophtalmiques, qui ne réalise aujourd'hui que 10% de ses ventes en Asie, veut rééquilibrer son activité : un tiers en Europe, un tiers en Amérique, un tiers en Asie. Au Japon, via sa filiale Nikon-Essilor, mais aussi en Chine et en Inde, précisent Les Echos. Sachez enfin que ce n'est pas la crise pour tout le monde : le suédois Securitas, l'un des principaux groupes spécialisé dans les services liés à la sécurité, a enregistré une hausse de 5% de son chiffre d'affaires aux Etats-Unis depuis le 11 septembre. En Europe, la hausse se limite à 1 ou 2%. Mais Securitas pense qu'il va tirer parti du passage à l'euro. C'est dans le Financial Times. A demain !

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Formation

Manager de l'environnement de travail

Classe virtuelle - 16 mars 2021

Services Généraux

Maîtriser les aspects de sécurité au travail de votre fonction

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

Live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 5 février pour concourir aux trophées des usines 2021

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE
ARTICLES LES PLUS LUS