Total veut se renforcer dans le gaz en Australie

[ACTUALISE] - Après l’annonce de prise de participation dans le projet gazier Ichthys, le groupe pétrolier français est à la recherche de nouvelles opportunités d’investissement.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

 Total veut se renforcer dans le gaz en Australie

"Il n'y a pas de frein à ce que Total investisse plus en Australie", affirme le 16 janvier dans un entretien à l'Australian Financial Review Jean-Marie Guillermou, vice-président exploration et production en Asie pour Total.

"L'Australie est un actif clé et fait partie de notre avenir. Si demain nous avons l'opportunité de trouver un nouveau Ichthys, nous aurons l'argent pour y investir et le développer tout seul", souligne-t-il.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Le groupe envisagerait notamment des acquisitions dans le secteur gazier, y compris les gaz de schiste. Il pourrait aussi mettre la main sur des entreprises.

Le groupe Total prévoit déjà d’investir 13 à 14 milliards de dollars australiens dans les cinq prochaines années. Le 13 janvier, il a par exemple annoncé qu’il allait investir avec le japonais Inpex dans le projet gazier Ichthys de 34 milliards de dollars américains en Australie. Il fournira près de 9% de la consommation annuelle du Japon.

Dans le cadre de ce projet, le groupe Samsung Heavy Industries annonce ce lundi avoir remporté un contrat pour la construction d'une immense usine offshore de traitement de gaz au large de l'Australie pour le compte du japonais Inpex.Les dimensions de cette structure, à savoir un poids de 100 000 tonnes, et une longueur et une hauteur de 110 mètres, en font la plus grande usine offshore jamais construite.

Par ailleurs, et cette fois dans le domaine pétrolier, le groupe Total serait prêt à reprendre les activités brésiliennes de son concurrent américain Anadarko Petroleum, qui pourraient être valorisées plus de 3 milliards de dollars. C'est ce que révèle le Financial Times le 16 janvier. Le groupe français serait alors en compétition avec le danois Maersk Oil et le norvégien Statoil. Le groupe Total n'a pas voulu commenter ces informations.

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes... Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS