Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Total veut garder sa rentabilité quel que soit l'état du marché

,

Publié le , mis à jour le 26/07/2018 À 11H10

Dans un communiqué, Total a annoncé que son objectif pour 2018 : une hausse supérieure à 7%, plus élevée que prévu.  

Total veut garder sa rentabilité quel que soit l'état du marché
Total a relevé jeudi ses objectifs annuels en matière de production et d'économies après avoir vu ses résultats bondir au deuxième trimestre 2018, une nouvelle fois tirés par le rebond des prix du pétrole. /Photo d'archives/REUTERS/Charles Platiau
© Charles Platiau

Total qui tablait précédemment sur une croissance de sa production de 6% en 2018, a précisé dans un communiqué qu'elle visait désormais une hausse supérieure à 7%.

La deuxième compagnie pétrolière européenne par la capitalisation boursière a relevé jeudi ses objectifs annuels en matière de production et d'économies. Ses résultats ont bondi au deuxième trimestre 2018, une nouvelle fois tirés par le rebond des prix du pétrole.

Le groupe a également ajusté à la hausse son objectif d'économies, à 4,2 milliards de dollars sur la période 2014-2018 contre "plus de 4 milliards" annoncés précédemment.

Total a souligné que le Brent, soutenu par la baisse des stocks et les tensions géopolitiques, continuait de se négocier autour de 70 dollars le baril depuis le début du troisième trimestre malgré la hausse annoncée de la production de l'Organisation des pays exportateurs de pétrole (Opep).

"Le groupe poursuit résolument la mise en oeuvre de ses programmes visant à améliorer son efficacité opérationnelle et baisser son point mort afin de rester rentable quel que soit le contexte de marché", a-t-il toutefois souligné.

Alors qu'il vise un point mort organique avant dividende de 25 dollars par baril cette année, cet objectif a été dépassé au deuxième trimestre.

Ces annonces interviennent alors que l'Opep prévoit une baisse de la demande pour son pétrole brut l'année prochaine en raison d'un ralentissement de la croissance de la consommation et d'une hausse des extractions de ses concurrents, laissant présager le retour d'une offre excédentaire malgré l'encadrement de la production.

Total a en outre confirmé jeudi sa prévision d'investissements (organiques et acquisitions nettes de cessions) pour 2018, qui devraient s'établir entre 16 et 17 milliards de dollars, ainsi que sa nouvelle politique de retour aux actionnaires.

Bénéficiant d'une hausse des prix du Brent, le groupe a vu son résultat net ajusté bondir de 44% au deuxième trimestre, à 3.553 millions de dollars, alors que les analystes attendaient en moyenne 3.453 millions selon un consensus réalisé par Inquiry Financial pour Reuters.

Sa production d'hydrocarbures s'est établie à 2,717 millions de barils au deuxième trimestre (le consensus tablait sur 2,693 millions), enregistrant une hausse de 8,7% grâce à la montée en puissance des nouveaux projets (comme Yamal LNG en Russie et Moho Nord au Congo) et la contribution de nouveaux actifs (notamment Maersk Oil et Al Shaheen).

Total propose comme prévu un acompte trimestriel sur dividende de 0,64 euro, en hausse de 3,2%.

Conformément à ses annonces de février, il a racheté au premier semestre 28,4 millions d'actions en vue de leur annulation, des opérations qui intègrent les rachats de titres émis pour paiement du dividende en actions et des rachats additionnels pour un montant de 589 millions de dollars.

 

(Edité par Dominique Rodriguez)

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle