Total veut rassurer sur sa solidité financière

Le groupe perd 2,5 millions de dollars par jour à cause de la fuite de gaz sur la plateforme d’Elgin. Une somme que Total se dit capable d’assumer sans remettre en cause ses objectifs 2012 ce 2 avril.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Total veut rassurer sur sa solidité financière

Pour faire face à la fuite de gaz sur la plateforme Elgin, Total a dû arrêter ces opérations sur les deux sites de production du champ Elgin Franklin. Cette annonce a très vite fait dévisser le pétrolier en bourse, sa capitalisation boursière abandonnant près de 9 milliards d’euros en quelques jours. Les marchés s’inquiètent de l’impact de l’accident sur les finances du groupe. Le site Elgin-Franklin produisait 130 000 barils équivalent pétrole par jour, dont 46,7 % pour le compte de Total, soit 2 % de la production mondiale du groupe.

En termes financiers, cet arrêt de production entraîne "un impact négatif de 1,4 million de dollars par jour sur les revenus de Total", indique Patrick de La Chevardière, directeur financier. Par ailleurs, la mobilisation des moyens techniques pour gérer la crise lui coûte 1 million de dollars par jour. Cette somme augmentera à 1,5 million de dollars par jour quand débutera le forage des puits de dérivation. Une opération qui commencera dans une semaine environ et pourrait prendre jusqu’à six mois.

Cette perspective n’inquiète pas Total. Le groupe a 9 milliards de dollars de cash-flow libre et une ligne de crédit immédiatement accessible de 10 milliards, sans compter les assurances souscrites. En conséquence, le groupe indique qu’il ne modifie pas son objectif de rentabilité de 20 à 30 % pour 2012, ni ses ambitions d’investissement de 20 milliards de dollars (17 milliards en 2011), ni ses perspectives de dividendes.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Tuer le puits

Total rappelle sa volonté d’envoyer des hommes sur la plateforme pour "tuer" le puits. Cette action est soumise à l’aval des autorités britanniques. Michel Hourcard, directeur développement exploration et production, se contente de rappeler que l’accord est attendu bientôt sans préciser s’il s’agit de jours ou de semaines. Cette opération est très importante car, si elle réussit, Total pourrait stopper le forage des puits de secours et épargnerait de précieux millions.

Une fois que la plateforme sera maîtrisée, Total devra faire face à d’autres conséquences financières. Tout d’abord, les coûts de redémarrage d’Elgin. "La plateforme a été arrêtée de manière normale en suivant la procédure. Le redémarrage ne devrait pas poser de problème", précise Michel Hourcard.

Ensuite, le développement du champ West-Franklin, voisin du site accidenté, a été stoppé pour récupérer une plateforme de forage afin de lancer le forage des puits de secours. Cela va entraîner un retard dans la mise en service de ce champ, sans plus de précisions.

Enfin, les autorités britanniques pourraient lancer des poursuites judiciaires pour la pollution. Mais Total réaffirme que la pollution est limitée à 7 mètres cubes d’huiles légères. "Nous comprenons que la comparaison avec l’accident de la plateforme Deepwater Horizon dans le Golfe du Mexique est inévitable, mais ça n’a rien à voir. Ici, il n’y a pas de pétrole brut déversé et la fuite se situe en surface et pas au fond de la mer", affirme Patrick de La Chevardière, directeur financier.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS