Total veut maintenir ses efforts de réduction de coûts

par Benjamin Mallet
Partager
Total veut maintenir ses efforts de réduction de coûts
Total a annoncé lundi son intention de maintenir ses efforts en matière d'économies dans un contexte de prix du brut incertain, le groupe souhaitant à nouveau payer intégralement son dividende en numéraire. /Photo d'archives/REUTERS/Jacky Naegelen

PARIS (Reuters) - Total a annoncé lundi son intention de maintenir ses efforts en matière d'économies dans un contexte de prix du brut incertain, le groupe souhaitant à nouveau payer intégralement son dividende en numéraire.

La compagnie pétrolière française a précisé dans une présentation diffusée à l'occasion d'une journée investisseurs qu'elle visait désormais des réductions de coûts de 5 milliards de dollars à fin 2020, et a confirmé son objectif de 4 milliards en 2018 (en cumulé par rapport à 2014).

Ses perspectives intègrent des synergies supérieures à 400 millions de dollars par an avec Maersk Oil - dont 200 millions sur les coûts -, notamment en mer du Nord, le rachat de la société étant prévu début 2018.

Le programme d'économies doit permettre à Total d'atteindre un coût de production inférieur à 5,5 dollars par baril équivalent pétrole (bep) cette année.

En matière de dividende, le groupe confirme son intention de mettre fin à la décote du paiement en actions après le rachat de Maersk Oil et ambitionne de couvrir un versement en numéraire par son flux de trésorerie libre à 50 dollars par baril en 2019.

Total a aussi fait savoir que la sensibilité de ses activités dans l'amont au prix du Brent augmenterait à plus de 3 milliards de dollars pour 10 dollars de variation en 2019 (contre 2,5 milliards prévus pour 2017).

"D'un côté nous abaissons le point mort, de l'autre nous augmentons la sensibilité au pétrole. Le groupe est donc en très bonne position pour bénéficier de toute reprise des prix et pour générer des flux de trésorerie plus élevés dans les années à venir", a déclaré aux analystes son PDG Patrick Pouyanné.

Les investissements organiques du groupe - hors acquisition de ressources - devraient s'établir à quelque 14 milliards de dollars cette année et à un niveau compris entre 13 et 15 milliards par an sur la période 2018-2020.

Total continue en outre de viser une croissance moyenne de sa production de 5% par an sur la période 2014-2020, un rythme qu'il compte cependant maintenir jusqu'en 2022 avec Maersk Oil.

Pour sa nouvelle branche Gaz, électricité et renouvelables, le groupe prévoit à l'horizon 2022 une génération de trésorerie libre de 500 millions de dollars et cinq gigawatts de capacités de production.

Evoquant un objectif de plus de trois millions de clients dans le gaz et l'électricité, à un horizon non précisé, Patrick Pouyanné a confirmé que Total se lancerait bientôt sur le marché du gaz et de l'électricité en France et que le groupe adopterait un modèle de développement numérique à bas coûts.

A 14h, l'action Total est quasi inchangé (-0,04% à 45,3 euros) et surperforme l'indice CAC 40 (-0,27%).

(Edité par Dominique Rodriguez)

Sujets associés

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 18/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Détectez vos opportunités d’affaires

78 - St Germain en Laye

Entretien de linge de table dans les bâtiments communaux

DATE DE REPONSE 04/02/2022

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS