Total, un Tesla français ?

Avec le rachat de Saft en 2016 et de SunPower en 2011, Total est en capacité de faire des offres d’énergies alternatives comparables à celle d’un précurseur comme Tesla. C’est du moins ce que n’hésitent pas à affirmer des analystes américains de Lux Research, qui placent le français en tête de la transition énergétique parmi les multinationales pétrolières.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Total, un Tesla français ?

"L’acquisition de Total à un milliard de dollars pour des batteries lui permettra de rivaliser avec la fusion de Tesla et SolarCity". Telle est l’analyse de Lux Research, centre d’analyse américain sur les nouvelles technologies. Rien que ça !

Le cabinet souligne la pertinence de l’OPA amicale réussie cet été par le pétrolier français sur le fabricant de batteries Saft. Ces experts la comparent au mariage fin juillet du constructeur de voitures électriques Tesla Motors et du spécialiste photovoltaïque SolarCity. Ensemble, ils proposeront aux particuliers des panneaux solaires couplés à des systèmes de recharge pour batteries et voitures électriques.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

On n’en est peut-être pas tout à fait au même niveau d’avancement. Mais, dans leur étude titrée "Supermajor Darwinism: What Big Oil Can and Cannot Do About Total’s Billion-Dollar Battery Move" (Darwinisme des Supermajors : qu’est-ce que les grandes compagnies pétrolières peuvent et ne peuvent pas faire à propos du rachat à un milliard de dollars dans les batteries par Total), les analystes de Lux Research soulignent le coup d’avance pris par le pétrolier français sur ses concurrents, rappelant que la multinationale avait déjà acquis le spécialistes des panneaux photovoltaïques SunPower en 2011, ainsi que plusieurs petites entreprises liées aux réseaux intelligents (PowerHive, Off-Grid Electric…)

La batterie ne suffit pas

"Les supermajors pétrolières doivent suivre les pas de Total (…) et doivent explorer des opportunités non seulement dans les batteries mais aussi dans le solaire et dans l’énergie distribuée", expliquent les auteurs. Mais cela ne sera pas si facile car "les bonnes entreprises de la batterie sont devenues de plus en plus chères à l'achat depuis l'acquisition de Saft", analysent les auteurs. Parmi les cibles potentielles, ils citent Samsung SDI, Toshiba ou encore Nec.

En parallèle de l’étude de Lux Research, Bloomberg New Energy Finance (BNEF) calcule que Total est le plus important investisseur dans les énergies renouvelables parmi les majors pétrolières. Selon les données compilées, Total a investi 9 milliards de dollars dans les énergies renouvelables depuis 2000. Le Français devance BP avec 8,25 milliards de dollars. Le pétrolier britannique s’était lancé en première dans l’aventure des énergies alternatives mais la marée noire dans le golfe du Mexique en 2010 l’a forcé à couper de nombreux investissements. Loin derrière suivent Statoil avec 3 milliards de dollars, Shell avec 1,7 milliard et Chevron avec 1 milliard.

Selon BNEF, cette transition énergétique des majors est nécessaire alors que "la demande pétrolière pourrait décliner avec la croissance des ventes des véhicules électriques. Alors que la demande de gaz naturel a cru récemment, son utilisation comme source d’électricité pourrait atteindre un pic en 2026 alors que les énergies renouvelables sont de plus en plus accessible et bon marché".

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS