Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

L'Usine de l'Energie

Total s'accroche en Iran

, , , ,

Publié le

Total s'accroche en Iran © Hamed Malekpour

Le ciel s’assombrit pour Total en Iran, où il a été la première major à revenir dès la levée des sanctions. Le groupe pétrolier souhaite poursuivre son projet d’exploitation de South Pars, un investissement de 2 milliards de dollars, et conserver son rôle d’opérateur sur le plus grand gisement gazier au monde. Son PDG, Patrick Pouyanné, est prêt pour cela à négocier une dérogation avec Washington, qui prépare une sortie de l’accord de Vienne sur le nucléaire iranien.

L’Europe, quant à elle, peine à parler d’une seule voix. La France, le Royaume-Uni et l’Allemagne envisagent de nouvelles sanctions pour prouver leur fermeté et convaincre les États-Unis de rester dans l’accord. Donald Trump, très critique sur cet accord, se prononcera en mai. En novembre, l’Iran avait menacé Total de ne rien lui restituer du capital investi s’il se retirait du projet. La China National Petroleum Corporation (CNPC, 30% du projet) s’était alors proposé de remplacer Total (50,1%).

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle