Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Quotidien des Usines

Total reconvertit la raffinerie de La Mède et modernise celle de Donges

Ludovic Dupin , , , ,

Publié le

Son activité de raffinage continuant d'être déficitaire en France, Total a décidé de transformer son unité de La Mède (Bouches-du-Rhône) en site de production de biocarburant. 178 emplois seront supprimés. Le groupe pétrolier prévoit de moderniser son unité de Donges (Loire-Atlantique).

Total reconvertit la raffinerie de La Mède et modernise celle de Donges © D.R.

178 emplois supprimés et 600 millions d’euros investis ! Total a officialisé, jeudi 16 avril, lors d'un comité central d'entreprise tenu à Paris La Défense, son plan de restructuration du raffinage en France, connu depuis plusieurs semaines. Une annonce qui intervient cinq ans après la fermeture de la raffinerie de Dunkerque (Nord), période pendant laquelle le groupe s’était engagé à ne fermer aucune installation.

Le pétrolier, qui exploite cinq raffineries dans l'Hexagone, a décidé d’investir 600 millions d’euros sur deux sites. La raffinerie de La Mède à Châteauneuf-les-Martigues (Bouches-du-Rhône), déficitaire de 150 millions d’euros par an depuis 2011, cessera toutes les activités de raffinage d’ici fin 2016. Total prévoit d'y investir 200 millions d’euros pour créer un site de production de biocarburant, "l’un des plus grands d’Europe", selon le groupe. Une ferme solaire de 8 mégawatts sera implantée pour alimenter le site en énergie et une plateforme de logistique sera aménagée pour les produits raffinés. Cette transformation s’accompagne d’une forte baisse des effectifs. Environ 178 des 430 emplois actuels disparaitront à la faveur de départs à la retraite, de mobilité pour les non-cadres et de mutations pour les cadres.

Une activité française très déficitaire

Total compte investir 400 millions d’euros dans la raffinerie de Donges (Loire-Atlantique). Le site bénéficiera d’une unité de sulfuration afin de produire des carburants à faible teneur de souffre conforme aux exigences européennes. Total souhaite aussi que soit détournée la voie de chemin de fer reliant Nantes au Croisic. Le pétrolier est près à financer un tiers des travaux mais doit maintenant s’entendre avec la SNCF, les collectivités locales et l’Etat. Il attend un accord en fin d’année.

Cette restructuration avait été annoncée dès l’été 2014 par l’ex-PDG Christophe de Margerie, décédé en octobre dernier. "Sur la France, on perd énormément d’argent toutes activités confondues. Sur le raffinage, les pertes sont même supérieures à tous les gains faits par ailleurs dans l’Hexagone. Ce n’est tout simplement pas durable!", expliquait-il.

Des capacités à fermer en Europe

La France doit rationaliser son outil pour faire face à un marché en forte surcapacité. Plus largement, les 79 raffineries européennes ne sont utilisées qu’à 79 % de leurs capacités, contre 90 % dans le cas d'un fonctionnement optimum. Un recul qui s'explique par la baisse de la consommation globale des produits pétroliers en Europe et la concurrence de raffineries très compétitives aux Etats-Unis et en Asie. En début d’année, l’Union française des industries pétrolières (Ufip) estimait que 25 à 30 % des capacités de raffinages en Europe devront fermer à l’horizon 2035-2040.

Ludovic Dupin

Réagir à cet article

Retrouvez l’actualité des sociétés citées dans cet article

Investissements, dirigeants, production, ...

avec Industrie Explorer

  • TOTAL RAFFINAGE à CHATEAUNEUF LES MARTIGUES (13220)
  • TOTAL RAFFINAGE à DONGES (44480)

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus