Total : "La taxe pétrolière devrait nous coûter autour de 150 millions d'euros"

Le PDG du groupe pétrolier Christophe de Margerie a évoqué la taxe exceptionnelle sur les stocks pétroliers en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Partager

Total :

François Hollande l'avait promise, elle commencera à être prélevée cette année. La taxe exceptionnelle de 4 % sur la valeur des stocks pétroliers souhaitée par le nouveau Président de la Réublique ne sera pas sans impact sur les finances des groupes français.

Elle devrait coûter "autour de 150 millions d'euros" à Total, a estimé le 7 juillet le PDG du groupe pétrolier Christophe de Margerie, sans pouvoir dire si elle serait répercutée à la pompe.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'impact pour Total sera compris "entre 140 et 160 millions d'euros, ça fait beaucoup beaucoup d'argent pour un secteur en pertes", a-t-il déclaré en marge des Rencontres économiques d'Aix-en-Provence.

Des éventuelles répercussions sur les prix à la pompe ? Impossibles à estimer pour le moment pour le PDG. "On ne peut pas dire que c'est répercuté, on ne peut pas dire que ce n'est pas répercuté. Cela fait partie de nos coûts", a-t-il dit.

Cette surtaxe "va affecter un secteur déjà affaibli", alors que les activités de raffinage françaises sont en difficultés, a par ailleurs regretté le patron de Total, dont les stations-service réalisent environ 20 % des ventes de carburants dans l'Hexagone.

"Le gouvernement a visiblement besoin d'argent, mais on aurait aimé que la manière de lever cette taxe soit faite de manière différente. Ce qui nous embête quand même c'est que le secteur du raffinage, qui va être quand même être touché par cette taxe, est un secteur (...) en pertes et c'est toujours embêtant de surtaxer un secteur qui ne va pas bien", a-t-il dit.

D'après le projet de loi de finances rectificative, qui a été présenté cette semaine en conseil des ministres, ce prélèvement - qui s'appliquera uniquement en 2012 - prendra la forme d'une taxe de 4 % sur la valeur des stocks de produits pétroliers détenus en France métropolitaine au quatrième trimestre 2011.

Les stocks de tous les raffineurs, distributeurs (c'est-à-dire les compagnies pétrolières comme Total, la grande distribution comme Leclerc, Auchan et Carrefour ainsi que les réseaux indépendants) et autres négociants seront ainsi mis à contribution.

Total toujours intéressé par le gisement gazier de Chtokman

A l'occasion de ces Rencontres économiques d'Aix-en-Provence, Christophe de Margerie a également renouvelé le souhait de Total de participer à hauteur de 25 % au projet d'exploitation du gisement gazier géant de Chtokman, dans l'Arctique russe.

"Les négociations sur Chtokman, en ce qui nous concerne, elles sont bien avancées. J'attends maintenant un retour de Gazprom pour nous dire où ils en sont dans leurs propres réflexions", a-t-il déclaré.

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS