L'Usine Energie

Total investit dans une plate-forme d’imagerie en génie pétrolier à l’Université de Pau

, , , ,

Publié le

Vendredi 23 octobre, le géant français de l’énergie Total a inauguré une plate-forme d'imagerie en génie pétrolier de dernière génération au cœur de l'Université de Pau et des Pays de l'Adour (Pyrénées-Atlantiques). Un investissement de 5,4 millions d'euros.


Micro-tomographe à rayons X

L’inauguration d’une plate-forme d’imagerie en génie pétrolier à l’Université de Pau et des Pays de l’Adour (UPPA) est riche en symboles. Elle marque une nouvelle étape dans la relation entre le géant pétrolier Total, dont le berceau historique est à Pau (Pyrénées-Atlantiques), et les chercheurs de la faculté dans ce domaine. Car, en dotant l’UPPA d’un micro-tomographe à rayons X de dernière génération, Total entend créer ici un pôle d’excellence d’imagerie en génie pétrolier.

Cet appareil permettra de visualiser la structure interne de matériaux naturels, biologiques et artificiels avec des détails de l’ordre du millième de millimètre.

Une passerelle entre recherche et industrie

L’une des caractéristiques de cette plate-forme d’imagerie sera de pouvoir mener des expérimentations à haute pression et haute température à l’échelle microscopique, ce qui présente un intérêt majeur pour le secteur pétrolier et aussi pour le développement de nouveaux matériaux. "Par exemple, nous allons pouvoir mesurer l'écoulement de l'eau dans le sol ou dans des matériaux de construction", précise Peter Moonen, responsable du laboratoire des fluides complexes et des réservoirs à l’UPPA.

"Ainsi, il va pouvoir facturer les prestations d’analyses de son équipe à l’extérieur, à des industriels", met en avant Marc Bourdat, délégué régional à la direction de la communication de Total.

Pour Peter Moonen, cet appareil va ouvrir une passerelle entre la recherche et l’industrie. Ce qui stimulera encore plus la recherche dans ce secteur porteur. Les besoins sont importants. Aujourd'hui, "le défi est d'améliorer le drainage des réservoirs des puits. Surtout, que les nouveaux gisements sont très complexes à exploiter", explique Marc Bourdat.

Un investissement de 5,4 millions d’euros

La décision de créer ce pôle de compétence scientifique de niveau international autour de l'imagerie micro-tomographique à rayons X a été prise en septembre 2013 par Total et l'UPPA. Avec à la clé un investissement de 5,4 millions d'euros sur cinq ans, financé pour plus de la moitié par le géant pétrolier, afin de financer cet appareil et une chaire. Le reste de la somme étant apporté par les collectivités locales.

Actuellement composé de cinq salariés, le laboratoire des fluides complexes et des réservoirs de l’UPPA va être bientôt renforcé par l'arrivée de quatre chercheurs contractuels.

Total et l’UPPA sont partenaires depuis plus de quarante ans sur l’ingénierie des ressources fossiles, notamment dans les domaines des géosciences, de la physique des fluides complexes, des mathématiques appliquées, de la physico-chimie analytique, de la microbiologie. Le pétrolier a implanté à Pau un centre scientifique et technique, baptisé Jean-Féger, qui emploie 2 900 personnes.

Nicolas César

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte