Total en passe de remporter un gros contrat au Qatar

DOHA/LONDRES (Reuters) - Après avoir signé la semaine dernière un accord avec l'Iran en vue de développer la phase 11 de South Pars, Total est en pole position côté qatari pour exploiter le plus grand gisement de gaz naturel au monde, a-t-on appris lundi 10 juillet de deux sources proches de Doha.

Partager
Total en passe de remporter un gros contrat au Qatar
Total, qui a signé la semaine dernière un accord avec l'Iran en vue de développer la phase 11 de South Pars, est également en pole position côté qatari pour exploiter le plus grand gisement de gaz naturel au monde. /Photo d'archives/REUTERS/Stéphane Mahé

Le groupe pétrolier français est, selon ces sources, mieux placé que des concurrents comme ExxonMobil et Royal Dutch Shell pour exploiter le plus grand gisement de gaz naturel au monde, situé à cheval entre les eaux territoriales de l'Iran et du Qatar. Le Qatar, soucieux de contrer son isolement diplomatique dans la région, souhaite accélérer le développement de sa partie du gisement appelée North Field.

L'Arabie saoudite, les Emirats arabes unis, Bahreïn et l'Egypte ont rompu le 5 juin leurs relations puis fermé toutes frontières aériennes, maritimes et terrestres avec le petit Etat du Golfe, qu'ils accusent de liens avec le terrorisme et de rapprochement avec l'Iran, des allégations que Doha réfute.

Le PDG de Total Patrick Pouyanné, qui refuse de prendre parti dans cette crise diplomatique, a signé le 3 juillet un accord avec l'Iran d'une durée de 20 ans pour un projet South Pars, dont le coût total pourrait atteindre 4,8 milliards de dollars, devenant devenu ainsi la première des majors pétrolières à revenir en Iran depuis la levée des sanctions commerciales.

Stratégie d'ouverture de Total

Patrick Pouyanné a dit avoir informé le Qatar de ses projets avec l'Iran. "Le bloc iranien où nous sommes censés produire jouxte le Qatar. Quand je me suis rendu à Doha j'en ai parlé avec les autorités et on m'a dit 'C'est OK. On vous connaît.'" La stratégie d'ouverture de Total semble porter ses fruits.

"Je m'attends à ce que Total soit le mieux placé pour le nouveau projet (qatari), en raison des problèmes politiques en jeu et de ses récents accords dans South Pars (avec l'Iran)", a déclaré une source haut placée dans le Golfe. D'un côté, travailler avec deux pays qui partagent un gisement gazier semble une évidence, mais de l'autre, cela n'est pas sans risques pour Total. Outre l'Iran et le Qatar, Total a également de gros projets en Arabie Saoudite et aux Emirats arabes unis, ce qui souligne la complexité des ses investissements au Moyen-Orient.

De possibles économies de coûts

Le Qatar, déjà premier exportateur mondial de gaz liquéfié, a levé en avril une interdiction sur le développement du gisement de North Field et a dit la semaine dernière vouloir accroître la capacité de production de gaz d'environ 30% à 100 milliards de mètres cubes. L'initiative a été largement perçue comme une démonstration de force dans son conflit avec ses voisins du Golfe et l'Egypte.

Le Qatar est devenu une puissance gazière au cours de la dernière décennie grâce au concours des majors comme Exxon, Total et Shell. Leurs projets ont généré des milliards de dollars de recettes pour le Qatar et ses partenaires occidentaux et l'accroissement prévue de la production de Doha va en faire un acteur encore plus incontournable car il contrôle déjà un tiers de la production mondiale actuelle de gaz naturel liquéfié (GNL). Des sources ont déclaré à Reuters ce mois-ci qu'Exxon, Shell et Total avaient tous exprimé des marques d'intérêt pour permettre au Qatar d'augmenter sa production de gaz. Sollicités sur le sujet, Exxon, Shell et Total n'ont pas souhaité s'exprimer.

Même sans ce nouvel appel d'offres qui doit encore être annoncé, le rôle de Total au Qatar devrait croître sensiblement car le groupe a décroché en 2016 une participation de 30% pendant 25 ans dans l'exploitation d'Al-Shaheen, le principal gisement pétrolier offshore du Qatar. Total, qui reprendra l'exploitation du gisement à Maersk Oil le 14 juillet, prévoit d'investir deux milliards de dollars (1,75 milliard d'euros) dans le projet au cours des cinq prochaines années. Les coûts de production de gaz de l'émirat étant parmi les plus bas au monde, être choisi par le Qatar offrirait à Total un avantage stratégique sur ses concurrents sur le marché mondial à forte croissance du GNL.

Pas de coordination possible entre South Pars et North Field

La participation du groupe français dans ce gisement des deux côtés de la frontière peut également lui permettre de réaliser des économies de coûts et une meilleure compréhension de la géologie des gisements, bien que Patrick Pouyanné ait déclaré qu'il n'y avait aucun mécanisme pour coordonner la production conjointement par les pays.

Le développement de la production au cours des cinq à sept prochaines années pourrait coûter entre 14 et 18 milliards de dollars, selon le consultant Wood Mackenzie. "Le Qatar pourrait également vouloir montrer qu'il est toujours favorable aux affaires en dépit des conflits diplomatiques actuels avec certains de ses voisins du Golfe", a-t-il déclaré.

Interrogé samedi aux rencontres économiques d'Aix-en-Provence, Patrick Pouyanné a dit ne pas vouloir prendre parti dans la crise diplomatique qui oppose le Qatar à ses voisins du Golfe. "Je suis qatari au Qatar, emirati aux Emirats, iranien en Iran. Je n'ai pas à choisir entre ces pays", a expliqué le PDG de Total.

(Tom Finn, Ron Bousso et Dmitry Zhdannikov Claude Chendjou pour le service français, édité par Véronique Tison)

0 Commentaire

Total en passe de remporter un gros contrat au Qatar

Tous les champs sont obligatoires

Votre email ne sera pas publié

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L’USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Digital et médias, par Julie Manou-Mani

Dans le podcast "Inspiration", Julie Manou Mani, journaliste et productrice, répond aux questions de Christophe Bys. Elle revient sur sa reconversion vers le journalisme après des études...

Écouter cet épisode

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

La recherche française est-elle vraiment à la traine ?

En 2020, année de la crise Covid, la recherche française aura été au centre de toutes les attentions. En cause, l'incapacité de la France à développer son propre vaccin....

Écouter cet épisode

Joindre les deux bouts

Joindre les deux bouts

Dans cet épisode d'Industry Story, Guillaume Dessaix revient sur la grève du Joint Français qui au début des années 70 a enflammé la Bretagne.

Écouter cet épisode

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

La vision d'un manager... de brigade en cuisine

Dans le Podcast Inspiration, Cyril Bosviel, chef à l'institut Paul Bocuse à Lyon, répond aux questions de Christophe Bys. Il revient sur ses débuts, son parcours de chef cuisinier mais...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L’USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

LE CNAM

Ingénieur chef de projet bâtiment H/F

LE CNAM - 10/01/2022 - CDD - PARIS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS