Total doit "continuer sa politique de reconversion industrielle", selon son PDG

Christophe de Margerie, le PDG de la 5è compagnie pétrolière et gazière mondiale, a accordé un entretien à nos confrères de Ouest-France. Il fait le point sur le raffinage en France et explique que Total devra réduire ses capacités dans l'Hexagone.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Total doit

"Notre deuxième trimestre n’est pas terrible". C'est en ces termes que Christophe de Margerie, PDG de Total, débute l'entretien qu'il a accordé à Ouest-France. Et pour cause, en France, l'activité raffinage du groupe pétrolier n'est pas rentable. "Ce n'est tout simplement pas durable! Ces pertes sont structurelles et se répètent chaque année. Ce n'est pas parce qu'une entreprise comme Total a des moyens importants qu'elle doit financer des foyers de pertes", détaille-t-il.

Le contexte européen n'est pas plus rose et laisse entrevoir d’imminentes restructurations. En juin 2014, les marges atteignaient péniblement 8 euros la tonne… au plus bas depuis 3 ans. Le marché est toujours en surcapacité de 15 % et les prochaines années promettent de nouvelles restructurations importantes, y compris en France.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Lire notre analyse : Raffinage, l'autre transition énergétique

"Cela veut dire qu'il y a encore des adaptations à faire sur les sites de Total en France. Nous devons continuer notre politique d'anticipation et de reconversion industrielle, même si cela suppose de vrais changements", explique Christophe de Margerie. Et de citer en exemple la reconversion de la plate-forme pétrochimique de Carling, en Moselle, en centre européen de production de résines d'hydrocarbures.

Mais la situation n'a pas de quoi étonner, selon le patron de la principale capitalisation du CAC 40. "Cette baisse (de la demande de produits pétroliers) est en partie due à des efforts d’efficacité énergétique dans lesquels Total, comme beaucoup, s’est engagé. C’est quand même extraordinaire d’entendre des gens s’inquiéter de la baisse de la consommation pétrolière alors que c’est le souhait de la société depuis des années. Des particuliers aux industriels, on met tout en œuvre pour réduire les émissions de gaz à effets de serre… encore faut-il avoir conscience que cela entraîne automatiquement une baisse de la consommation de produits pétroliers. Il faut l’accepter mais surtout l’assumer car on l’a décidé !"

Partager

NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS