Total décidé à saisir les relais de croissance du GNL au Moyen-Orient

La demande asiatique de gaz naturel liquéfié est stable, et c’est désormais en Afrique du Nord et au Moyen-Orient que se situent les relais de croissance. Pour profiter de ces opportunités, Total compte renforcer son intégration sur la chaîne et construire les infrastructures nécessaires dans les nouveaux pays consommateurs.

Partager

Pour le gaz naturel liquéfié (GNL), les marchés en croissance ne sont plus en Asie, ont affirmé plusieurs intervenants lors de la convention de l’Association française du gaz (AFG), qui se tenait à Paris le 24 mars. "Enormément de pays veulent rejoindre le marché gazier, affirme le directeur gaz de Total Laurent Vivier. Les marchés les plus en croissance actuellement sont au Moyen-Orient : l’Egypte, Dubaï, le Koweit…" Et non plus sur le continent asiatique, des marchés plus matures "qui ont une vision plutôt plate de l’évolution de leur consommation".

Intégration verticale au programme de Total

Pour Total, l’identification de ces opportunités va se traduire par un renforcement de l’intégration. Le groupe voit croître le marché et son portefeuille, mais ne compte pas uniquement vendre ce gaz à des tiers. Son directeur gaz affirme que le groupe a les ressources financières nécessaires pour construire des infrastructures de réception dans ces nouveaux pays, afin de sécuriser la place de Total dans le groupe des "4 ou 5 acteurs intégrés, globaux et crédibles sur l’ensemble de la chaîne gazière".

La nouvelle donne, dans le GNL, c’est selon Laurent Vivier "un marché plus flexible, des durées de contrats réduites (passées en moyenne de 20 à 8 ans), des besoins plus faibles dans chaque zone qui demanderont plus d’arbitrage. Seuls les acteurs de taille critique pourront gérer les hauts et les bas de la demande."

La bataille du CO2

Cette croissance est portée notamment par la baisse des prix. Mais aussi, dans certains cas, par des préoccupations environnementales, même si Laurent Vivier reconnaît que l’industrie du gaz a "mieux réussi à se convaincre elle-même" qu’elle détenait l’énergie de demain qu’à en convaincre les autres. En témoigne la faible place du gaz dans les débats à la COP21, qui a écarté les énergies fossiles.

L’industrie gazière martèle un chiffre: le gaz émet moitié moins de CO2 que le charbon. Ce chiffre a été contesté, dernièrement, par certains acteurs qui affirment que sur le périmètre d’analyse du cycle de vie (ACV) – pour le gaz, extraction, liquéfaction, transport, regazéification et utilisation – ce gain était surévalué face à du charbon extrait dans la région. Laurent Vivier a dévoilé les premiers résultats, bientôt officiels, d’une étude en cours pour comparer l’impact réel du gaz sur l’ensemble de son ACV à celui de son concurrent. Et il affirme que "le discours tient : le gaz émet bien 40 à 50% de CO2 de moins que le charbon."

Le GNL innove enfin

L’autre frein au développement de l’usage du gaz est la lourdeur des infrastructures nécessaires à son acheminement et à sa transformation (terminaux dédiés, regazéification, etc). Après "10 à 15 ans d’améliorations qui ne se sont faites qu’à la marge", Laurent Vivier se félicite que la conjugaison de prix bas et d’une offre en hausse ait provoqué "une énorme innovation sur la chaîne aval. Avant, les pays considéraient qu’il fallait 10 ans pour faire entrer le gaz dans leur mix énergétique. Ce délai est désormais réduit à 2 ou 3 ans."

Et en Europe ?

Thierry Bros partage cette analyse d’une forte hausse de la demande dans de nouveaux pays hors-Asie, mais tempère sérieusement l’enthousiasme pour la substitution, en tout cas en Europe. "Il y a effectivement eu une hausse de la demande, partiellement pour des raisons climatiques", reconnaît l’expert gaz à la Société Générale – qui ne la considérait pas comme garantie il y a quelques mois. Il rappelle que le Royaume-Uni a mis en place une taxe sur le CO2 qui est loin d’être neutre (18 livres Sterling la tonne venant s’ajouter aux quelque 5 euros du prix du carbone). "Mais pour le reste de l’Europe, ce n’est pas gagné. Le gaz, dont les prix ont moins baissé que ceux des autres commodités, n’est pas compétitif pour la génération électrique."

Et si ces prix n’ont pas beaucoup baissé, c’est "parce qu’un duopole [la Norvège et la Russie] a cherché à équilibrer les volumes pour maximiser sa rente". Selon Thierry Bros, "si la Norvège a d’ores et déjà commencé à réduire ses investissements, rien ne permet de dire à ce jour si la Russie cherchera à réduire l’offre ou si elle se lancera, à l’instar de l’Arabie saoudite dans le pétrole, dans une guerre des prix." En Europe, la substitution complète du charbon n’est donc pas pour demain.

Myrtille Delamarche

SUR LE MÊME SUJET

Sujets associés

NEWSLETTER Energie et Matières premières

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Tous les événements

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un écosystème résilient, composé essentiellement...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe.

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos sociétés.

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu ses installations.

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez des produits et des fournisseurs

Energies renouvelables

Capteur solaire - CR 110

KIMO INSTRUMENTS

+ 240 000 Produits

Tout voir
Proposé par

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

BUREAU VERITAS

Consultant Transition Energétique du Maritime (F/H)

BUREAU VERITAS - 19/01/2023 - CDI - Nantes

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

Accédez à tous les appels d’offres et détectez vos opportunités d’affaires

976 - DEAL DE MAYOTTE

Le transport des personnels de la DEAL de Mayotte.

DATE DE REPONSE 22/02/2023

+ de 10.000 avis par jour

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS