International

Total Corbion démarre une usine de bioplastiques en Thailande

, , ,

Publié le

Bonne nouvelle La joint venture Total Corbion PLA démarre début décembre une usine de bioplastiques d’une capacité de 75 000 tonnes par an en Thaïlande. Elle entend bousculer un marché quasi-monopolistique.

Total Corbion démarre une usine de bioplastiques en Thailande © Total Corbion PLA

Total Corbion PLA, une joint venture détenue à part égale entre le géant pétrolier Total et le hollandais, leader mondial de l’acide lactique, Corbion, a annoncé officiellement le 3 décembre le démarrage de son usine de bioplastiques PLA (Poly Lactic Acid) à Rayong, en Thaïlande.

Une solution verte pour la gestion des déchets

Cette unité de production, construite sur le site de Corbion à Rayong, a nécessité sur deux ans plus de 3 millions d’heures de travail et représente un investissement supérieur à 100 millions d’euros. D’une capacité de 75 000 tonnes par an, l’usine va fabriquer des résines de PLA sous la marque Luminy®. Elles devraient offrir des solutions respectueuses de l’environnement pour la gestion des déchets.

Le PLA (acide polyactique) est un plastique biosourcé fabriqué à partir de matières premières renouvelables (sucre et amidon). "C’est l’un des premiers polymères renouvelables capable de rivaliser avec les polymères classiques en termes de performance", précise le communiqué. A titre de comparaison, "la production d’un kilo de PET émet 2 kg de CO2, alors que la production d’un kilo de PLA n’émet que 0,5 kg de CO2", détaille Stéphane Dion, le directeur général de Total Corbion PLA.

PLA à base de canne à sucre sans OGM

La nouvelle usine fabriquera une large gamme de résines de PLA Luminy® à partir de canne à sucre sans OGM produite en Thaïlande : du PLA standard mais aussi des produits innovants comme du PLA résistant à une chaleur élevée. Ces produits doivent répondre à des besoins très divers : conditionnement, biens de consommation, impression 3D, fibres et pièces automobiles... Ils sont optimisés pour les processus d’extrusion, de thermoformage, de moulage par injection et de filage de fibres.

Bousculer un marché quasi-monopolistique

Avec cette usine, la joint-venture constituée en mars 2017 compte bien bousculer un marché quasi-monopolistique et se positionner tout de suite en numéro deux sur le marché en pleine croissance des bioplastiques. "Nous pensons aussi que notre arrivée va donner un coup de fouet à la croissance, dans un contexte de marché également favorisé par la prise de conscience des enjeux de l’économie circulaire et par l’évolution des réglementations. La Chine est un exemple – de taille – de pays qui prend le chemin des bioplastiques", analyse Stéphane Dion

Grâce à cette nouvelle installation d'une capacité de production de 75 000 tonnes par an, la production mondiale de bioplastiques à base de PLA augmentera de près de 50 %, pour atteindre 240 000 tonnes par an. Tiré par une demande forte, ce marché progresse de 10 à 15 % par an d’ici 2025.

"La mise en service de cette usine de pointe positionne Total Corbion PLA en tant que producteur de bioplastiques PLA de taille mondiale, idéalement situé pour servir les marchés en croissance d’Asie-Pacifique, d’Europe et des Amériques, précise Stéphane Dion. La hausse de la capacité de production mondiale de PLA va permettre aux fabricants et aux distributeurs d’entrer dans l’économie circulaire et de fabriquer des produits biosourcés à plus faible empreinte carbone et offrant de nombreuses solutions pour leur fin de vie."

Intégrée dans le site de production de Corbion

La nouvelle usine bénéficie de son intégration dans le site de production de Corbion qui produit du lactide, le monomère nécessaire à la production de PLA et dont la capacité de production a été portée à 100 000 tonnes par an. La coentreprise possède également à Rayong une usine pilote de 1 000 tonnes de PLA par an, opérationnelle depuis fin 2017. "Elle servira au développement de nouveaux produits et elle a déjà servi à qualifier les produits auprès de nos clients et obtenir les autorisations auprès des régulateurs comme la FDA américaine (Food and Drug Administration), ce qui sera très utile pour la montée en puissance commerciale", ajoute Stéphane Dion.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte