François de Rugy salue l'arrêt des forages de Total en Guyane

[ACTUALISÉ] Déception pour Total. Le groupe pétrolier a arrêté ses opérations de forage au large de la Guyane faute d'avoir trouvé des hydrocarbures. Cet échec risque de marquer la fin de l'exploration pétrolière dans la région d'outre-mer. Le 28 février, le ministre de la Transition écologique et solidaire a réagi en saluant la fin des forages et de "leurs effets désastreux sur le dérèglement climatique".

Partager

François de Rugy salue l'arrêt des forages de Total en Guyane
Total a arrêté ses opérations de forage au large de la Guyane faute d'avoir trouvé des hydrocarbures.

Actualisation du vendredi 1er mars : François de Rugy, ministre de la Transition écologique et solidaire, a réagi de façon positive à l'échec du projet d'exploration de Total en Guyane. "Aujourd’hui se tourne à jamais la page de l’exploitation du pétrole en Guyane", a écrit le ministre sur son compte Twitter. "Le dernier dossier antérieur à la loi hydrocarbures de 2018 est donc clos. Finis les forages et leurs effets désastreux sur le dérèglement climatique et la biodiversité. Un grand jour pour l’écologie!", ajoute-t-il. Le 1er mars, Total a précisé qu'il tiendrait ses engagements vis-à-vis de la collectivité territoriale.

Les explorations de Total en Guyane repartent bredouille. Les opérations de forage menées par le groupe pétrolier au large de la région d’outre-mer n’ont rien donné. Faute d’avoir trouvé des hydrocarbures, l’entreprise a arrêté ses activités sur place. "Nous sommes au regret de constater que les résultats obtenus ne permettent pas de confirmer le potentiel pétrolier de la zone. Total va donc rendre le permis", a communiqué le groupe le 1er mars. Total déclarait avoir investi 100 millions d’euros dans ce projet.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Un projet controversé

Ce coup d'épée dans l’eau de Total met fin à un projet controversé. En octobre 2018, le groupe pétrolier avait obtenu un arrêté préfectoral l’autorisant à poursuivre ses explorations malgré une grande majorité d'avis défavorables recueillis lors d'une enquête publique. L'ONG environnementale Greenpeace accusait aussi l'entreprise de mener ses activités dans des zones de récifs coralliens.

La décision préfectorale permettait à Total de réaliser cinq forages offshore avant le mois de juin 2019 mais à la condition que la première exploration soit concluante. Avec des premiers résultats négatifs, la société Total Exploration et Production Guyane Française (TEPGF) est forcée d’abandonner.

Les espoirs d'une industrie pétrolière en Guyane douchés ?

En septembre 2017, Total avait même obtenu une prolongation exceptionnelle de son permis pour contourner la loi Hulot du 30 décembre 2017 qui prévoit la fin de la recherche d’hydrocarbures en France. Cette même loi rend très peu probable de nouveaux projets pétroliers en Guyane.

Une perspective qui déçoit le président de Collectivité territoriale de Guyane (CTG), Rodolphe Alexandre. Comme le rapporte La Première, il “regrette que la loi Hulot ne permette pas de poursuivre [le] travail exploratoire [...], qui aurait fini par payer eu égard au potentiel pétrolier manifeste de la zone [...] qui aurait permis à moyen terme d'accélérer considérablement son développement économique”. Total doit en effet investir 10 millions d’euros dans l’économie locale en cas de réussite du projet.

Le 1er mars, l'entreprise a tenu à rassurer la collectivité. Total indique à L'Usine Nouvelle qu'il tiendra ses engagements et qu'il ira "au bout de la convention signée avec la CTG au mois de février".

Simon Chodorge
Simon Chodorge

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
NEWSLETTER Energie
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

Trophée

TROPHÉES DES USINES 2021

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Déposez votre dossier avant le 26 février pour concourir aux trophées des usines 2021

Conférence

MATINÉE INDUSTRIE DU FUTUR

100% digital , live et replay - 27 mai 2021

Gestion industrielle et Production

Comment rebondir après la crise 2020 et créer des opportunités pour vos usines

Formation

Espace de travail et bien-être des salariés

Paris - 01 juin 2021

Services Généraux

Optimiser l’aménagement du bureau

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS