Total cède son gisement de Tempa Rossa au japonais Mitsui

Total a annoncé lundi la cession de 25% du gisement italien d'hydrocarbures de Tempa Rossa, à une filiale de la maison de commerce japonaise Mitsui. Aucunt montant n'a été dévoilé.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Total cède son gisement de Tempa Rossa au japonais Mitsui

Le groupe pétrolier Total a annoncé lundi 18 mars la cession pour un montant non dévoilé de 25% du gisement italien d'hydrocarbures de Tempa Rossa, à une filiale de la maison de commerce japonaise Mitsui.

Le français possédait jusqu'ici 75% de ce gisement de pétrole et de gaz en cours de développement dans le sud de la péninsule italienne (région de Basilicate), et verra donc sa part ramenée à 50% par cette transaction, les 25% restants étant détenus par son partenaire anglo-néerlandais Shell, précise un communiqué diffusé par Total.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

Contacté par l'AFP, un porte-parole de Total n'a pas donné le montant de la transaction, précisant que la transaction faisait l'objet d'une clause de confidentialité. Seule certitude d'après l'agence de presse, Mitsui financera le développement du gisement, évalué à 1,6 milliard d'euros, à hauteur de sa participation, comme il est d'usage dans ce type de projets, ce qui devrait ramener la part de Total à 800 millions d'euros.

Le géant pétrolier français avait annoncé l'été dernier le lancement du développement de ce gisement d'hydrocarbures, dont la mise en production est toujours prévue début 2016. Les deux groupes attendent désormais le feu vert des autorités italiennes.

A Tempa Rossa, Total, en tant qu'opérateur du gisement, confirme au passage qu'il table sur une production journalière en plateau (c'est-à-dire une fois qu'elle aura atteint sa pleine capacité) de 50 000 barils de pétrole, auxquels s'ajouteront 230 000 mètres cube de gaz naturel et 240 tonnes de GPL (gaz de pétrole liquéfié). Selon le groupe, ce gisement devrait gonfler à lui seul de près de 40% la production de pétrole du pays.

L'extraction de l'or noir a commencé il y a un siècle et demi en Italie et couvre actuellement moins de 10% des besoins en pétrole du pays, qui cherche à la développer pour réduire sa dépendance énergétique.

Julien Bonnet

Partager

SUJETS ASSOCIÉS
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS