L'Usine Energie

Total annonce un plan de cessions et une reprise de la production à Elgin

, , ,

Publié le

Le groupe pétrolier français tient, ce lundi 24 septembre, une journée dédiée aux investisseurs à Londres. L’occasion, à mi-parcours, de faire le point sur l’année 2012.

Total annonce un plan de cessions et une reprise de la production à Elgin © Total

Les premiers mois de l’année 2012 ont été mouvementés pour la firme française. La fuite sur la plateforme d’Elgin, les sabotages sur un gazoduc au Yémen, la polémique sur les gaz de schiste… Le groupe a pourtant revu son objectif de production de pétrole et de gaz à la hausse.

  • Une hausse de 3% de sa production de pétrole et de gaz

Alors qu’en début d’année, Christophe de Margerie, PDG de Total, pariait sur une hausse de 2,5% en moyenne par an entre 2010 et 2015, il a aujourd’hui annoncé viser les 3% par an entre 2011 et 2015.

Par ailleurs, le groupe s'est fixé pour objectif de porter sa production d'hydrocarbures à 3 millions de barils par jour d'ici 2017, et il a indiqué que 70% des projets qui permettront d'atteindre ce niveau sont déjà en production ou en cours de développement.
Pour l’année 2012, la production devrait stagner, ralentie par un certains nombres d’incidents, à commencer par l’importante fuite de gaz sur la plateforme d’Elgin, en mer du Nord.

  • Une reprise de la production à Elgin avant fin 2012

En effet, fin mars, une fuite de gaz, repérée sur le gisement gazier, contraint Total à stopper sa production. "Nous travaillons en vue de reprendre graduellement la production d'ici la fin de l'année, mais au bout du compte, la décision reviendra aux autorités britanniques", a affirmé le directeur financier du groupe Patrick de la Chevardière, lors d'un point de presse en marge de cette journée investisseurs.

Total est à pied d’œuvre pour rattraper le retard causé par cet incident. Actuellement il procède aux opérations visant à sceller définitivement le puits défaillant à l'origine de la fuite, et procède parallèlement au rebouchage d'autres puits abandonnés sur le gisement voisin de Franklin, a détaillé Patrick de la Chevardière.

L'arrêt de l'exploitation d'Elgin et du champ voisin de Franklin (également interrompue depuis fin mars), au large de l'Ecosse, a provoqué une perte de production d'environ 50 000 barils équivalent pétrole par jour. Le groupe avait estimé son manque à gagner sur le seul deuxième trimestre à 130 millions de dollars (environ 106 millions d'euros).

  • 15 à 20 milliards de dollars de cessions entre 2012 et 2014

"Nous cèderons des actifs dans l'amont (exploration et production d'hydrocarbures, NDLR), dans l'aval (le raffinage et la chimie, NDLR) et dans les activités intermédiaires (comme le transport et le stockage ou la production d'électricité, NDLR)", a précisé Patrick de la Chevardière, lors de ce point de presse.

Grâce à la restructuration de ses activités raffinage et chimie, annoncée l’an dernier, le géant pétrolier a annoncé viser un résultat net de 650 millions de dollars d'ici à 2015.

Quant à l’éventuelle cession de TIGF, la filiale qui gère le réseau gazier du sud-ouest de la France, Total a dit ne pas avoir pris encore de décision. Toutefois Total poursuit sa réflexion sur cette éventuelle cession. "Nous allons d'abord en discuter avec les syndicats avant de prendre notre décision", a insisté Patrick de la Chevardière.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Les entreprises qui font l'actu

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte