Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Toshiba retient le consortium de Bain Capital pour le rachat de ses mémoires flash

Ridha Loukil , , , ,

Publié le , mis à jour le

Toshiba a sélectionné l’offre du consortium mené par le fonds d’investissement américain Bain Capital pour le rachat de ses mémoires flash NAND. Le groupe japonais d’électronique maintient toutefois le dialogue avec les deux autres consortiums incluant l’un Western Digital, l’autre Foxconn.

Toshiba retient le consortium de Bain Capital pour le rachat de ses mémoires flash
L'usine de mémoires flash de Toshiba à Yokkaichi, au Japon

Fin du suspense. Du moins provisoirement. Après des mois d’hésitation, Toshiba privilégie l’offre du consortium mené par le fonds d’investissement américain Bain Capital pour le rachat de ses mémoires flash NAND. Il a décidé d’engager les négociations avec ce consortium, qui comprend aussi le fabricant coréen de mémoires SK Hynix, le fonds d’investissement stratégique japonais INCJ et la banque publique nipponne DBJ, avec l’objectif de parvenir à un accord avant la fin de septembre 2017.

Garanties de non fuite des technologies

Le choix a été approuvé par le conseil d’administration de Toshiba le 13 septembre 2013. Il vient aux dépens des deux autres consortiums candidats incluant l’un Western Digital, le partenaire américain de Toshiba dans la production de mémoires flash, l’autre Foxconn, le géant taiwanais de la sous-traitance électronique qui a pris en août 2016 le contrôle du groupe japonais d’électronique Sharp.

Le montant de l’offre n’est pas connu. Mais il tourne autour de 2 trillions de yens, l’équivalent de 18 milliards de dollars. Outre le prix, l’enjeu des négociations réside dans la limitation de la participation de SK Hynix et l’obtention de garanties de non fuite des technologies de Toshiba en dehors du Japon. Deux conditions indispensables pour obtenir à la fois l’approbation des autorités de la concurrence et la bénédiction de Tokyo.

Western Digital et Foxconn toujours dans le jeu

Il ne s’agit à ce stade que de l’expression de la préférence de Toshiba pour l’offre du consortium de Bain Capital. Le groupe japonais d’électronique n’écarte pas pour autant les deux autres offres. Il maintient le dialogue avec Western Digital et Foxconn au cas où les négociations avec Bain Capital se soldent par un échec.

Chez Western Digital, c'est la déception. Le géant américain de stockage de données a réagi par communiqué en regrettant la décision de Toshiba de pousuivre ses pourparlers avec un consortium incluant SK Hynix, qu'il voit d'un mauvais oeil devenir son partenaire dans la production de mémoires flash NAND. Il reproche au groupe japonais de ne pas l'avoir averti de sa décision et se déclare prêt à défendre ses intérêts. Une position qui laisse présager un sérieux contentieux si Toshiba confirme son choix à la fin du mois.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle

Les cookies assurent le bon fonctionnnement de nos sites et services.
En utilisant ces derniers, vous acceptez l’utilisation des cookies.

En savoir plus