Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Toshiba relève la tête mais perd 46% de son chiffre d’affaires en quatre ans

Ridha Loukil ,

Publié le

Après trois années consécutives dans le rouge, Toshiba renoue avec les bénéfices et sauve son bilan financier sur son dernier exercice fiscal clos en mars 2018. Mais le géant japonais de l’électronique aura perdu 46% de son chiffre d’affaires en quatre ans.

Toshiba relève la tête mais perd 46% de son chiffre d’affaires en quatre ans
Pour se redresser, Toshiba s'est déleste de nombreuses activités
© Issei Kato

Le nouveau PDG de Toshiba, Nobuaki Kurumatani, peut se rassurer. Après trois années consécutives de turbulences et de lourdes pertes, le groupe dont il a pris la direction, en succession de Satoshi Tsunakawa, retrouve enfin la santé. Sur le dernier exercice fiscal clos mars 2018, il affiche un bénéfice net de 804 milliards de yens, contre une perte nette de 965 milliards de yens sur l’exercice précédent.

Et, fait important, il restaure l’équilibre de son bilan financier en faisant passer la différence entre l’actif et le passif à un solde positif de 783 milliards de yens, contre un déficit de 553 milliards de yens sur l’exercice fiscal précédent. Un assainissement financier salutaire qui sauve la place de Toshiba dans la première section de la Bourse de Tokyo, condition sine qua non pour continuer à bénéficier des lignes de crédits des créanciers.

Trois cessions d'activités

Ce résultat découle des actions de restructuration avec notamment la cession de la télévision au chinois Hisense, la vente des actifs de Westinghouse Electric, l’activité dans le nucléaire aux Etats-Unis, au fonds d’investissement canadien Brookfield Business Partners, et l’introduction en bourse de Landis + Gyr, sa filiale suisse dans le comptage électrique. Ces opérations ont rapporté 340 milliards de yens en cash.

Toshiba se voit déjà sans ses mémoires flash NAND, une activité emblématique en cours de vente au consortium Pangea, mené par le fonds d’investissement américain Bain Capital, pour 18 milliards de dollars. La transaction n’attend plus que la bénédiction de la Chine pour être finalisée. D'ailleurs, le chiffre d’affaires affiché sur le dernier exercice fiscal exclut cette activité, ce qui explique le plongeon de 24% du chiffre d’affaires à 3 950 milliards de yens. En l’incluant, il aurait été de 5 000 milliards de yens.

Perte d'une activité lucrative: les mémoires flash

Pour l’exercice fiscal prochain à clôturer en mars 2019, le groupe anticipe une nouvelle baisse de 9% à 3 600 milliards de yens. En quatre ans, il aura perdu 46% de son chiffre d’affaires, soit près de la moitié. La vente des mémoires flash NAND le prive d’une activité lucrative de 1 200 milliards de yens qui aurait représenté le quart de son revenu total et 90% de son bénéficie d’exploitation sur le dernier exercice fiscal si elle était incluse dans les comptes financiers.

L’éclatement du scandale financier en avril 2015 (falsifications des comptes financiers pour minimiser les pertes dans les PC, la télévision, l’électroménager ou les composants électroniques) a contraint Toshiba à mettre en œuvre un sévère plan de restructuration. Avec à la clé, la cession de nombreuses activités dont l’éclairage (au chinois Konka), l’électroménager (au chinois Midea), le médical et les caméras industrielles (au japonais Canon), les capteurs d’images (au japonais Sony), la télévision (au chinois Hisense), les solutions de communication d’entreprise (au canadien Mitel Networks) et le nucléaire aux Etats-Unis (au fonds d’investissement canadien Brookfield Business Partners).

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle