Abonnez-vous Identifiez-vous

Identifiez-vous

Vos codes d'accès sont erronés, Veuillez les saisir à nouveau. Mot de passe oublié ?

Toshiba redresse la tête et anticipe des bénéfices meilleurs que prévus

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

Ebranlé par un scandale financier majeur, le géant japonais de l’électronique Toshiba sort la tête de l’eau. Il révise à la hausse ses résultats, anticipant des bénéfices près de 50% supérieurs à ceux prévus auparavant.

Toshiba redresse la tête et anticipe des bénéfices meilleurs que prévus
Siège de Toshiba à Tokyo
© CC Flickr

L’optimise est désormais de mise chez Toshiba. Ebranlé par un scandale financier majeur (falsifications des comptes financiers pour minimiser de 1,3 milliard de dollars les pertes dans la télévision, l’électroménager ou les PC), le géant japonais de l’électronique commence à sortir la tête de l’eau. Certes, sur le premier semestre de son exercice fiscal à clôturer en mars 2017, il affiche un chiffre d’affaires en recul de 4,3% à 2579 milliards de yens (l’équivalent de 22 milliards d’euros). Mais il repasse au vert avec un bénéfice d’exploitation de 96,8 milliards de yens (830 millions d’euros), contre une perte d’exploitation de 89,1 milliards de yens (760 millions d’euros) sur l’exercice fiscal précédent.

un plan draconien de restructuration

Et les perspectives s’annoncent meilleures que prévues jusqu’ici. Sur l’ensemble de l’exercice fiscal en cours, Toshiba s’attend désormais à un chiffre d’affaires de 5 400 milliards de yens, en déclin de 4,7%, et un bénéfice d’exploitation de 180 milliards de yens, contre une perte d’exploitation géante de 708,7 milliards de yens sur l’exercice fiscal précèdent. Auparavant, il anticipait un chiffre d'affaires de 5 100 milliards de yens et un bénéfice d'exploitation de 100 milliards de yens, 50% inférieur à celui prévu maintenant

Le groupe, qui emploie 187 800 personnes dans le monde, récolte les fruits du plan draconien de restructuration qu’il a été contrait de mettre en place en décembre 2015 après l’éclatement du scandale financier. C’est ainsi qu’il cédé les capteurs d’image à Sony, le médical et les caméras industrielles à Canon, l’éclairage à Konka et l’électroménager à Midea. Il a dans le même temps arrêté de nombreuses activités jugées non stratégique comme les LED blanches d’éclairage,  les lunettes connectées ou encore la culture de légumes verts dans enceintes closes contrôlées par les technologies du numérique. Il a enfin redimensionné à la baisse des activités difficiles comme la télévision ou les PC. Le tout pour se recentrer sur les solutions de stockage de données et d’infrastructure énergétique. Le déclin du chiffre d’affaires découle de ce rétrécissement de périmètre.

Télévision et PC, 2 épines aux pieds

Toshiba respire à nouveau mais n’est pas complètement tiré d’affaires. Il garde deux épines aux pieds : la télévision et les PC. Dans la première activité, il tente de sauver sa marque en se repliant sur le Japon. Mais il lui sera compliqué de tenir la course avec ses trois compatriotes aux gains d’échelle plus importants : Sharp, Sony et Panasonic. Dans les PC, il espère limiter les dégâts en se recentrant le marché des entreprises. Mais il aura du mal à rivaliser avec les trois ténors du secteur, HP, Lenovo et Dell, solidement ancrés sur ce segment. Toshiba a essayé de regrouper ses PC avec ceux de ses compatriotes Fujitsu et Vaio sous la bannière du fonds d’investissement Japan Industrial Partners Inc. Mais le projet a capoté, Fujitsu préférant finalement discuter avec le constructeur chinois Lenovo. Enfin, le groupe redéfinir sa stratégie dans les semiconducteurs. Il envisage de faire le tri pour ne conserver que les mémoires flash, dont il est le numéro deux mondial derrière le coréen Samsung. Mais que faire du reste ? Le vendre ? Faire rentrer un investisseur ? L'associer à un autre industriel? La question reste ouverte.

Réagir à cet article

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte
Suivez-nous Suivre Usine Nouvelle sur Facebook Suivre Usine Nouvelle sur Twitter RSS Usine Nouvelle