Toshiba place un banquier à sa tête pour tourner la page au scandale financier

Le géant japonais de l’électronique Toshiba se dote d’un nouveau PDG issu de l’une de ses banques. Un changement qui vise à tourner la page au scandale financier qui a ébranlé le groupe et achever le programme de restructuration.

Partager
Toshiba place un banquier à sa tête pour tourner la page au scandale financier
Nobuaki Kurumatani, nouveau PDG de Toshiba

Encore un changement au sommet chez Toshiba. Le géant japonais de l’électronique a nommé Nobuaki Kurumatani au poste de PDG. Il prendra ses fonctions en avril 2018. Satoshi Tsunakawa, qui occupe ce poste depuis juin 2016, deviendra le numéro deux groupe au poste de directeur des opérations. Ce nouveau changement vise à tourner définitivement la page au scandale financier de 1,3 milliard de dollars qui a ébranlé le groupe.

Un PDG de l'extérieur

Contrairement à d’habitude, où la succession au poste de PDG privilégie une solution interne, le nouveau PDG vient de l’extérieur, une première dans l'histoire du groupe. A 60 ans, cet ancien vice-président de Sumitomo Mitsui Financial Group, l’une des banques de Toshiba, et président de la branche japonaise du fonds d'investissement CVC Capital Partners, présente l’avantage de ne pouvoir être suspecté d’avoir trempé dans les irrégularités comptables à l’origine du scandale financier. Le fait qu’il vienne de la banque devrait améliorer les relations de Toshiba avec ses créditeurs et investisseurs, un gros problème ces trois dernières années.

L’éclatement du scandale en avril 2015 a mis en lumière des falsifications des comptes financiers de Toshiba pendant sept ans pour minimiser les pertes dans les PC, la télévision, l’électroménager ou les composants électroniques. Il a plongé le groupe dans une grande crise obligeant la direction à mettre en œuvre un plan drastique de restructuration. Avec à la clé, la cession d’activités comme l’éclairage (au chinois Konka), l’électroménager (au chinois Midea), le médical et des caméras industrielles (au japonais Canon), les capteurs d’images (au japonais Sony), la télévision (au chinois Hisense) ou encore Westinghouse Electric, son activité dans le nucléaire aux Etats-Unis (à un fonds d’investissement canadien).

Toshiba sort la tête de l'eau

Nobuaki Kurumatani aura à achever ce plan de recentrage avec l’introduction en bourse de Landys & Gyr, sa filiale suisse dans les compteurs, et la vente des mémoires flash NAND au consortium mené par le fond d’investissement américain Bain Capital. Même si ces opérations ne sont plus nécessaires au maintien de Toshiba dans la première section de la Bourse de Tokyo, condition sine qua non pour continuer à bénéficier de lignes de crédit.

Le nouveau PDG prend les commandes alors que Toshiba commence à montrer des signes de redressement. Sur l’exercice fiscal à clôturer en mars 2018, le groupe s’attend désormais à un bénéfice net record de 520 milliards de yens, l’équivalent de 4,8 milliards de dollars, son premier bénéfice en quatre exercices consécutifs probablement dû au boom exceptionnel des mémoires flash NAND dont il est le numéro deux mondial derrière Samsung Electronics.

La vente des mémoires flash en question

Aussi, certains investisseurs demandent-ils d’abandonner le projet de vente de ces puces. Mais Nobuaki Kurumatani le sait : si les mémoires flash NAND font aujourd’hui le bonheur de Toshiba, elles peuvent se transformer en boulet quand les prix s’écrouleront dès que la production sera en situation de surcapacité, ce qui est attendu en 2019. Restent que les mémoires flash constituent un symbole fort. Toshiba en est l’inventeur en 1989.

Sujets associés

NEWSLETTER La Quotidienne

Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes...

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES PODCASTS

A Grasse, un parfum de renouveau

A Grasse, un parfum de renouveau

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Anne Sophie Bellaiche nous dévoile les coulisses de son reportage dans le berceau français du parfum : Grasse. Elle nous fait découvrir un...

Écouter cet épisode

Les recettes de l'horlogerie suisse

Les recettes de l'horlogerie suisse

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, notre journaliste Gautier Virol nous dévoile les coulisses de son reportage dans le jura suisse au coeur de l'industrie des montres de luxe. 

Écouter cet épisode

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Le rôle des jeux vidéo dans nos sociétés

Martin Buthaud est docteur en philosophie à l'Université de Rouen. Il fait partie des rares chercheurs français à se questionner sur le rôle du jeu vidéo dans nos...

Écouter cet épisode

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Les coulisses d'un abattoir qui se robotise

Dans ce nouvel épisode de La Fabrique, Nathan Mann nous dévoile les coulisses de son reportage dans l'abattoir Labeyrie de Came, dans les Pyrénées-Atlantiques, qui robotise peu à peu...

Écouter cet épisode

Tous les podcasts

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

Trouvez les entreprises industrielles qui recrutent des talents

WESER

Technicien Qualité (H/F)

WESER - 03/10/2022 - CDI - TOURS

+ 550 offres d’emploi

Tout voir
Proposé par

ARTICLES LES PLUS LUS