Toshiba: Perte nucléaire plus forte que prévu, le titre chute

TOKYO (Reuters) - Les activités nucléaires de Toshiba aux Etats-Unis pourraient accuser une perte de 700 milliards de yens (5,7 milliards d'euros), soit 200 milliards de plus que ce qui avait été initialement été suggéré aux investisseurs, a rapporté l'agence de presse Kyodo.

Partager

A la suite de cette information, le titre du conglomérat japonais a chuté de 15,98% à 242,3 yens, ce qui a été de très loin la plus forte baisse de l'indice Nikkei 225 qui a lui-même gagné 0,94%.

Toshiba s'est refusé à tout commentaire.

Le 27 décembre, le groupe avait annoncé prévoir une charge pour dépréciation de plusieurs milliards de dollars liée à une acquisition dans le nucléaire aux Etats-Unis, ajoutant alors qu'il pourrait devoir lever des capitaux pour préserver ses fonds propres.

Le titre avait plongé de 34% sur les deux séances qui avaient suivi cette annonce, ce qui ne l'avait pas empêché de terminer l'année 2016 sur un gain de 13,3%. Avec la chute de ce jeudi, la valeur a basculé dans le rouge depuis le début de l'année, avec un recul de 14,4%.

Mercredi, l'action avait gagné 2,4% après qu'une source a dit que Toshiba envisageait de vendre à Western Digital une participation minoritaire dans sa filiale de semi-conducteurs, en vue d'amortir le choc de la perte nucléaire aux Etats-Unis.

En avril, Toshiba avait annoncé avoir déprécié la valeur de sa filiale nucléaire Westinghouse de 260 milliards de yens sur l'année 2015-2016.

Cette mesure, attendue en raison de la détérioration de l'activité nucléaire depuis le désastre de Fukushima en 2011, devait aider le groupe à tourner la page d'un scandale comptable de 1,3 millard de dollars qui a éclaté en 2015.

Ce scandale avait conduit la Bourse de Tokyo à placer Toshiba sur une liste de surveillance, empêchant de ce fait le groupe d'émettre de nouvelles actions pour consolider son bilan.

A fin septembre, les fonds propres du groupe étaient de 363,2 milliards de yens, soit seulement 7,5% du total de ses actifs.

(Tim Kelly, Benoît Van Overstraeten pour le service français, édité par Juliette Rouillon)

Partager

LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS