Electronique

Toshiba lance la construction au Japon de sa deuxième usine de mémoires flash 3D

Ridha Loukil , , , ,

Publié le

En coinvestissement avec l’américain Western Digital, le groupe japonais d’électronique Toshiba va construire, au Japon, sa deuxième usine de mémoires flash 3D. La mise en service est programmée pour l’été 2018.

Toshiba lance la construction au Japon de sa deuxième usine de mémoires flash 3D
Usine de mémoires flash de Toshiba à Yokkaichi, au Japon

Le groupe japonais d’électronique Toshiba confirme son projet de nouvelle usine de mémoires flash 3D. La construction devrait débuter en février 2017 sur son site industriel de Yokkaichi, au Japon, pour une mise en service de la première tranche à l’été 2018. L’investissement correspondant sera partagé avec l’américain Western Digital, numéro un mondial des disques durs devenu l’un des grands fournisseurs de mémoires flash après le rachat en mai 2016 de SanDisk pour 19 milliards de dollars.

14,6 milliards de dollars d'investissement sur 3 ans

Ni le montant d’investissement, ni la capacité de production ne sont dévoilés. Mais ce projet s’inscrit dans un effort d’investissement de 14,6 milliards de dollars sur 3 ans consenti conjointement par Toshiba et Western Digital. Il s’agit de leur deuxième usine de mémoires flash 3D après celle ouverte en juillet 2016 sur le même site. Elle mettra en production la technologie propriétaire baptisée BiCS. Développée conjointement par Toshiba et SanDisk, cette technologie peut empiler jusqu’à 48 puces flash aujourd’hui et 64 puces en 2017.

Depuis le scandale financier (falsification des comptes financiers pour minimiser les pertes dans la télévision, les PC ou l’électroménager), qui a ébranlé le groupe en 2015, Toshiba fait des mémoires flash l’une de ses deux priorités stratégiques aux cotés des solutions d’infrastructure énergétique. Le groupe japonais est engagé dans une course contre la montre pour convertir sa production de mémoires flash à la technologie 3D. L’objectif étant de porter la part des puces 3D dans sa production de mémoires flash à 70% dans 3 ans, contre moins de 20% aujourd’hui. Dans la ligne de mire de Toshiba et Western Digital, le coréen Samsung qui domine aujourd'hui la production de mémoires flash 3D.

Toshiba détrôné par Samsung

Bien qu’il soit l’inventeur de la mémoire flash en 1989, Toshiba s’est laissé détrôner par Samsung. Selon Statista, le géant coréen de l’électronique détient 36,3% du marché mondial au deuxième trimestre 2016, contre 20,1% pour le groupe japonais et 16,1% pour Western Digital.

Réagir à cet article

Testez L'Usine Nouvelle en mode abonné. Gratuit et sans engagement pendant 15 jours.

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte