Tom Enders n'envisage pas de démissionner de la présidence d'Airbus (pour l'instant)

FRANCFORT (Reuters) - Tom Enders, président exécutif d'Airbus, ne voit aucune raison de démissionner à l'issue des enquêtes anti-corruption visant l'avionneur en Grande-Bretagne et en France, tout en se disant prêt à cette éventualité si nécessaire.

Partager

TESTEZ GRATUITEMENT L'ABONNEMENT À L'USINE NOUVELLE

15 jours gratuits et sans engagement

Tom Enders n'envisage pas de démissionner de la présidence d'Airbus (pour l'instant)
Tom Enders, président exécutif d'Airbus, ne voit aucune raison de démissionner à l'issue des enquêtes anti-corruption visant l'avionneur en Grande-Bretagne et en France.

"Soyez-en assuré : si je ne fais plus partie de la solution, et j'espère que je m'en rendrai compte par moi-même, j'en tirerai les conséquences", déclare-t-il dans une interview à paraître lundi 16 octobre dans le journal allemand Handelsblatt. "Mais pour l'heure, je ne pense pas qu'on en soit là."

Le conseil d'administration d'Airbus a réitéré jeudi sa confiance en son président exécutif.

VOS INDICES

source

logo indice & contations

Le contenu des indices est réservé aux abonnés à L’Usine Nouvelle

Je me connecte Je m'abonne

L'avionneur lui-même est à l'origine des enquêtes lancées en 2016 au Royaume-Uni puis en France cette année puisqu'il avait transmis aux autorités britanniques le résultat d'une revue interne montrant des irrégularités dans le recours à des consultants pour la vente à l'export d'avions civils Airbus. Tom Enders et l'avocat du groupe John Harrison ont fait l'objet de vives critiques en interne pour avoir ouvert les vannes permettant les enquêtes des autorités, certains y voyant une manoeuvre de réglement de comptes.

Airbus fait par ailleurs l'objet d'une enquête en Autriche liée à la vente d'avions de combat Eurofighter en 2003.

Airbus mène une enquête interne

Dans une interview publiée vendredi par Le Monde, Tom Enders a réaffirmé craindre une amende "importante" en conséquence de ces enquêtes. L'avionneur mène sa propre enquête interne dans l'espoir de convaincre de sa bonne foi le Serious Fraud Office (SFO), l'autorité chargée de la lutte contre les délits et crimes économiques en Grande-Bretagne, et d'obtenir une amende allégée.

Dans l'entretien au Handelsblatt, dont des extraits ont été publiés dimanche, Tom Enders dit ne rien savoir d'une caisse noire servant à payer des dessous de table à des clients potentiels. "Je n'en ai pas et je n'ai pas connaissance que cela existe", affirme-t-il.

Tom Enders, en poste depuis cinq ans, avait dit en avril envisager de solliciter un nouveau mandat à la tête du géant européen de l'aéronautique lorsque son mandat actuel expirera en 2019.

Pour Reuters, Arno Schütze, Véronique Tison pour le service français

Partager

NEWSLETTER Aéro et Défense
Nos journalistes sélectionnent pour vous les articles essentiels de votre secteur.

Recevez directement leurs décryptages et analyses dans votre boîte mail:

Votre demande d’inscription a bien été prise en compte.

L'inscription aux newsletters vaut acceptation des Conditions Générales d'Utilisation. Lire la suite

Votre email est traité par notre titre de presse qui selon le titre appartient, à une des sociétés suivantes du : Groupe Moniteur Nanterre B 403 080 823, IPD Nanterre 490 727 633, Groupe Industrie Service Info (GISI) Nanterre 442 233 417. Cette société ou toutes sociétés du Groupe Infopro Digital pourront l'utiliser afin de vous proposer pour leur compte ou celui de leurs clients, des produits et/ou services utiles à vos activités professionnelles. Pour exercer vos droits, vous y opposer ou pour en savoir plus : Charte des données personnelles.

Fermer
LES ÉVÉNEMENTS L'USINE NOUVELLE

LES SERVICES DE L'USINE NOUVELLE

ARTICLES LES PLUS LUS