Tokyo durcit le ton mais ne décide pas d'intervenir sur le yen

Publié le

par Stanley White et Leika Kihara,

TOKYO (Reuters) - L'irritation exprimée mardi par le gouvernement japonais face à la montée du yen n'a pas suffi à juguler l'envolée de la monnaie nippone, qui a atteint de nouveaux plus hauts face au dollar et à l'euro.

Le Premier ministre japonais, Naoto Kan, a déclaré qu'il souhaitait réfléchir à des mesures permettant d'enrayer l'appréciation du yen en prenant en compte, parmi d'autres facteurs, le résultat d'une réunion de dirigeants de banques centrales, a rapporté l'agence de presse Jiji.

Celle-ci n'a pas précisé à quelle réunion il faisait référence mais des dirigeants de banques centrales doivent se retrouver de jeudi à samedi à Jackson Hole, dans l'état américain du Wyoming.

Le ministre japonais des Finances, Yoshihiko Noda, a déclaré de son côté à la presse que le Japon agirait de manière appropriée face aux mouvements de devises sur la base des déclarations du G7.

En octobre dernier, les membres du Groupe des Sept avaient déclaré que les mouvements de devises désordonnés et excessifs avaient des implications négatives pour la stabilité économique et qu'ils coopéreraient de façon appropriée dans ce domaine.

IMPACT NÉGATIF SUR L'ÉCONOMIE

Le ministre des Finances a usé d'une rhétorique plus ferme, assurant observer de près l'évolution des changes et estimant que les récentes évolutions étaient clairement "inéquitables".

"Les évolutions excessives et désordonnées de la monnaie pourraient avoir un impact négatif sur la stabilité de l'économie et du système financier", a-t-il déclaré.

Les marchés ont toutefois interprété son refus de commenter une éventuelle intervention comme le signe que les autorités japonaises ne sont pas encore prêtes à agir, faisant reculer le dollar à un nouveau plus bas de 15 ans contre le yen à 84,34 yens sur la plateforme de transactions EBS, et l'euro à un plus bas de neuf ans autour de 106,14 yens.

"Le marché va tester la capacité des autorités japonaises à intervenir, et, à moins qu'elles ne prennent une décision effective, le dollar s'orientera vers les 80 yens. L'économie japonaise en souffrira énormément, car les économies américaines et asiatiques ralentissent", explique Paul Robson, stratège des changes chez RBS Global Banking à Londres.

Depuis le début de l'année, le yen s'est apprécié de près de 10% face au dollar, pénalisé par la montée des inquiétudes sur la solidité de la reprise aux Etats-Unis.

Les autorités japonaises ont à plusieurs reprises tenté de maîtriser cette hausse, craignant qu'un yen fort ne pénalise les exportations et ne fragilise une reprise économique fragile.

Mais les traders se montrent sceptiques quant à une éventuelle intervention de Tokyo sur les marchés, et estiment en outre qu'une action coordonnée avec les partenaires du G7 semble hautement improbable.

En revanche, un assouplissement de la politique monétaire apparaît comme un scénario envisageable.

Selon des sources proches du dossier, l'envolée du yen a quelque peu augmenté la probabilité, jusqu'à présent très faible, d'un tel assouplissement avant même la réunion de politique monétaire prévue les 6 et 7 septembre.

Mais une telle inflexion reste loin d'être assurée car certains responsables de la Banque du Japon attendent de disposer de preuves attestant de l'impact de la hausse de la devise sur l'économie.

"Les marchés attendent une attitude et une réponse plus résolues. Mais ils se contentent d'intervenir verbalement, encore et encore", a commenté Hiroichi Nishi, directeur général de la branche actions chez Nikko Cordial Securities.

Yuko Yoshikawa et Chisa Fujioka, Gwénaelle Barzic pour le service français, édité par Marc Angrand

Créez votre compte L’Usine Connect

Fermer
L'Usine Connect

Votre entreprise dispose d’un contrat
L’Usine Connect qui vous permet d’accéder librement à tous les contenus de L’Usine Nouvelle depuis ce poste et depuis l’extérieur.

Pour activer votre abonnement vous devez créer un compte

Créer votre Compte